AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 B009 – Les excuses – ft Xun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil - 19:42

Music for Worries

Xun & Zhen

LUne semaine s’est écoulée depuis l’enregistrement. Comme je l’avais senti, toute l’agence a eu vent de ce qui s’est passé dans cette salle d’enregistrement. Bien sûr, dix mille versions circulaient sur les faits : j’ai même entendu dire que c’était moi qui l’avais frappé. Pff, les gens n’avaient que ça à faire ? Dans tous les cas, rien n’avait changé ce jour-là : le jour même de l’enregistrement, j’ai été convoqué chez la directrice. J’ai arrondi les angles comme j’ai pu, sans pour autant cacher que c’était qui l’avait poussé. J’avais exposé platement mes excuses à l’agence, promettant de ne plus provoquer mes camarades. Pour sauver les apparences. Si Chul n’en revenait pas de mon comportement. Les Houseki étaient surpris. Je les comprends, ils ne m’ont jamais vu comme ça. Mais j’ai refusé de leur donner des explications, leur disant tout simplement que j’avais fauté et que j’avais besoin de me retrancher sur moi-même pour assumer. Nos petites têtes n’ont pas insistés. Mais Si Chul avait compris que je ne tournais pas rond. Seul à seul, il voulait absolument savoir, pensant que j’avais fait une grosse connerie, et il voulait m’aider. Ce gars est en or. Mais je l’ai repoussé malgré moi…je mourrais d’envie de me confier à lui, mais sur le moment j’avais tellement peur de le décevoir. Je ne voulais pas qu’il le prenne mal, mais il est un ami auquel je tiens, et je ne voulais pas le mêler à mes histoires compliquées…qui me font tellement mal.

Comme si ça ne suffisait pas, mon père m’avait appelé en soirée pour me poser un RDV. La directrice a dû tout lui dire, c’était obligé. Manquait plus que ça…quand mon père voulait me voir, seul à seul, ce n’est jamais pour une bonne chose. Moi qui voulais rester seul et m’enfermer…pas la peine de se trouver des excuses, mon père me griller toujours. Je ne pouvais l’éviter. De toute manière, j’avais besoin de lui parler. Lui parler de tout ça, de comment ça allait se passer…

Spoiler:
 

Ainsi, je m’étais retrouvé devant la porte de l’appartement de Mai Xun, à la résidence UNIQ. A la demande de mon père. Je sens que ça va être un dialogue de sourds. M’enfin, logiquement, Xun devait être aussi calme que moi –mon père m’a promis de l’appeler. Je sais qu’il voulait le voir, passer du temps avec lui, et surtout s’excuser de l’avoir abandonné lui et sa mère…et qu’il voulait renouer avec eux. Je ne sais pas ce que ça a donné. S’il faut, Xun l’a rembarré, et je vais juste me faire repousser. Ou alors l’appel avait été positif, mais Xun n’a pas peut-être pas digéré l’enregistrement…putain, j’étais trop con de m’avoir emporté comme ça. D’habitude, je suis calme, je ne fais pas parler de moi, je n’ai jamais un mot plus haut que l’autre. Avant tout ça, je devais l’un des artistes les plus discrets, et en un rien de temps j’avais réussi à être le numéro un des ragots de l’agence. Et de passer pour un voyou en plus. Mon manager et les Houseki ne me reconnaissaient pas. Moi non plus. Faire tout ce chemin pour passer pour une caillera, je me décevais. Mais maintenant, rien que de voir la tête de Xun, je me sentais déchiré. Ça me tuer que mon père trouve en Xun le fils parfait que je n’ai pas été…mignon, joli registre de voix…tout ce que je n’étais pas. Nous sommes radicalement différents, et de nous deux, c’était lui qu’il préférait. Je l’ai bien vu dans notre entretien. Depuis toujours, je n’ai été que le pot de fleurs…ou le pot de merde pour plus coller à la réalité.

Je soupirai. Ça faisait cinq minutes que je remuais tout ça dans ma tête. Bon, je n’étais pas venu pour me faire des idées noires. Il fallait parler à Xun. Comme père me l’avait demandé. Comme un pantin, j’exécutais sa demande…et pressai la sonnette de Xun. Dans un geste réconfortant, je croisai les bras devant moi, les yeux vers le sol. J’entendais du bruit. Le temps qu’il arrive, je me disais que papa avait peut-être raison, que l’on devait apprendre à se mieux se connaître pour s’apprécier…aimer à nouveau Xun, mon ex-hoobae. C’était difficile à envisager pour le moment. C’est là que la porte s’ouvrit. Je relevais les yeux sur lui, sans hostilité. Allez Zhen, lance-toi. Ce n’est pas lui qui va le faire, il ne devait pas s’attendre à revoir ma sale tronche. Sûr qu’il n’était pas content de me voir. Je pris une grande inspiration et prit la parole en mandarin, comme nous le faisions, la voix assez basse malgré moi.

- Salut. Je voulais m’excuser pour la semaine dernière, je n’aurais pas dû te descendre devant les producteurs. Ce n’était pas cool de ma part. Je te demande pardon pour tout ce que j’ai dit, je n’étais pas…dans mon assiette ce jour-là. J’avais baissé le regard involontairement. Ecoute, c’est dur pour tous les deux, on est à cran, alors…

Blanc. Je ne trouvais plus les mots. Oh non, pourquoi ? Pourquoi ça m’arrive en face de lui alors que ça coulait tout seul avec mon père ? C’est pourtant plus difficile de courber l’échine face à son père qu’à…un ami. Aaaah, même qualifier Xun était compliqué. Je ne savais plus quoi penser de lui. Mon père m’a fait réfléchir.

- Enfin, tu comprends. Ça m’étonnerait –je m’embrouille- mais faisons comme. Nous allons nous recroiser pendant un bon moment, ce serait plus vivable pour tous les deux qu’on n’oublie ce qui s’est passé et qu’on se redonne une chance.

A vrai dire, je n’étais pas complètement sincère en face de Xun. Oui, je regrettais ce qui c’était passé. Mais le cœur n’y était pas pour faire la paix. Sûr que je la voulais, mais je me l’imposais. Toutefois, j’avais réussi à le regarder dans les yeux sur la fin. Ça semblait rien, mais ça faisait du bien de recouvrer un peu d’assurance. Je n’espérais rien de lui. Je le faisais pour obéir à mon père, mais ça m’étonnerait qu’il daigne accepter mes excuser, voire même qu’il me fasse entrer chez lui. Dans ma tête, j’étais parti perdant. Tout ce que va me dire Xun, c’est ciao, et me claquer la porte au nez. Et je ne lui en voudrais pas. Si j’avais été à sa place, pas sûr que j’aurais pris le temps d’écouter comme il l’a fait.

DEV NERD GIRL

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil - 22:38

Music for Worries

Xun & Zhen

Peu après cette fameuse journée déplorable, toute l'agence était au courant, la rumeur du clash qui avait eu lieu entre Zhen et moi s'étant répendue comme une traînée de poudre. Encore quelques jours et peut-être qu'elle sera en une des journaux ? Je n'étais donc toujours pas du tout remis de ces évènements. Et la simple idée que la rumeur aille au delà des murs de Uniq m'était absolument détestable. Les gens en plus racontaient des tas de versions différentes toutes fausses. Ceci étant, malgré tout, le souvenir de cette journée me crispait. Les mots de Zhen résonnaient souvent dans ma tête quand je m'entraînais à la danse ou lorsque je travaillais ma guitare. Et ça me pesait. Très tôt, la directrice m'avait convoquée à son bureau. Je lui avais alors révélé l'ensemble de ce qui s'était passé, et me faisait tout petit face à ses remarques, promettant simplement de mieux me comporter au sein de l'agence.

Je rentrais à la résidence peu après, et passa ma journée à me remettre en question, à me demander si ça valait le coup que je continue. J'en avais assez de cette pression. Et mon passé revenant me hanter avec ce père jamais vu de ma vie ressurgissant de nulle part, je ne savais vraiment plus où j'en étais. Ma mère me manquait. Cela faisait des mois qu'elle et moi ne nous étions pas vu. Et en ce moment, j'avais l'impression qu'il n'y avait qu'elle qui pourrait comprendre ce qu'il m'arrive. Je pensais écrire un mot pour la directrice, lui expliquant le tout. Elle était en droit de savoir, puisque c'est par elle que les producteurs agissent. Je tentais un premier jet, puis un deuxième, et encore un autre après. Je ne comptais plus le nombre d'essai ma poubelle finissait par être remplie de papier chiffonnés. Je poussais un soupir. Si je pouvais juste faire une pause...

Mon téléphone vibra à ce moment là. Le numéro affiché était un numéro inconnu. J'hésitais à répondre et puis je finis par décrocher malgré tout, me disant que ça pouvait être important.
- Xun, c'est ton père. Ces mots-là me secouèrent violemment. Qu'est-ce qu'il voulait? Pourquoi il m'appelait comme ça? Qui lui avait donné mon numéro? Je n'avais rien répondu malgré tout, mais l'émotion me saisissait et mes doigts se crispaient sur mon téléphone. Je sentais dès ce moment que la discussion serait longue. Il me parla de ses volontés : me reconnaître et rattraper le temps perdu. Je lui en voulais. Il s'y prenait si tard... Et Zhen qui m'en faisait baver à cause de ces histoires. Je préférais tellement qu'il prenne ses distances et que tout redeviennent comme avant. En plus, Zhen est meilleur que moi et est exceptionnel. Mais mon père continuait malgré tout, me disant que si je ne voulais pas qu'il me reconnaisse, il respecterait mon choix. Il me félicitait après de tous mes efforts, m'avouait qu'il avait même acheté mon mini-album, avant de me dire que j'étais tout aussi doué que Zhen. Comment pouvait-il seulement dire ça ? Bien sûr que cela me faisait plaisir. Mais cela n'annulait pas ce que Zhen avait dit. En chant je n'avais aucun mérite, étant donné que tout était autotuné, et qu'en live ce n'était rien que du playback. Zhen est un vrai chanteur, moi je ne suis qu'un ersatz ! Il coupa court à toutes mes paroles rebelles, me disant qu'il était fier de Zhen oui, mais qu'il était aussi fier de moi. Il m'avoua son souhait de nous voir nous entendre à merveille, et me raconta qu'en grandissant en Chine, Zhen n'avait pas eu autant de liberté que j'en avais eu en grandissant en Corée. Selon lui, avoir un petit frère serait comme une bénédiction pour Zhen né dans un pays où il n'en n'aura jamais.

Le coup de fil fut assez long, mais il fut suffisant pour me bouleverser. Zhen allait donc venir faire ses excuses... Sera-t-il sincère ? J'en doutais. Vraiment. J'avais bien senti qu'il le ferait parce que notre père le lui en a fait la demande. Je tentais alors de me vider la tête, m'enfermant dans les compositions avec ma guitare. Je noircissais des feuilles entières de papier musique, reprenais des vieilles compositions, mais je n'arrivais à rien, ayant trop de pensées lourdes dans la tête.

On sonna à la porte. Je devinais. C'était Zhen. Et si je n'ouvrais pas la porte ? Si je faisais les absents ? On sonna de nouveau. Je fis une grimace. Pas le choix. Je me levais, enfilait des chaussures dans le hall d'entrée et ouvris la porte. Zhen était là. Je le regardais sans expression aucune sur le visage. Tout cela me fatiguait dans le fond. Mon regard était d'une neutralité extrême, tant j'en avais assez de toute cette histoire. Et puis même. J'étais sceptique quant au fait qu'il soit là de lui-même.

Je l'écoutais. Non, il n'aurait pas du me descendre devant les producteurs. Non il n'aurait jamais dû dire que je n'avais rien à faire à la UNIQ. Pas dans son assiette ? Il n'était pas sérieux. Vraiment pas. A chaque fois qu'il n'est pas dans son assiette il agresse les gens de cette façon ? J'en doutais vraiment. Je ne dis rien cependant, le regardant toujours et l'écoutant encore, la main bien agrippée à la poignée de ma porte. Dur pour tous les deux... A cran.... J'étais plus qu'à cran... Et pourtant je gardais le plus mon calme. Même si j'ai du mal à le croire quand il propose de nous redonner une chance, vu que c'est totalement à l'opposé de ce qu'il souhaitait jusque là, je l'écoutais jusqu'au bout. Avant de prendre la parole :

- ... Tu es à cran depuis le début... Je ne le suis que parce que tu l'es et que tu me mets sur le dos tout un tas de choses dont je ne comprends même pas pourquoi j'en suis le coupable... Je marquais un silence, cherchant la suite. T'entendre dire que le mieux pour tous les deux seraient qu'on se redonne une chance... Comment pourrais-je croire que tu feras le moindre effort pour que ça marche ?... T'avais juste envie que je disparaisse. M'appuyant contre l'encadrement de ma porte, je cessais de le regarder dans les yeux. Nouveau silence. ... Sois plus honnête... Même si ton père te demande de faire la paix avec moi... De toute façon, t'avais presque gagné...

Je relevais les yeux vers lui, avant de faire volte face, laissant la porte ouverte. J'étais plus que découragé. J'étais fatigué émotionnellement. Retirant mes chaussures pour traverser mon salon, je me fichais de savoir si Zhen m'avait suivi ou pas. De toute façon, mon appartement n'avait rien d'exceptionnel. La déco était celle d'un étudiant normal et Rookie : des photos affichées ne montraient que moi et ma mère. Aucune présence d'un père nulle part. Même pas sur la plus vieille photo. Des partitions écrites à la main traînaient ci et là avec la guitare, une pile de cahiers de musiques se trouvait sur le canapé. Moi j'étais dans ma cuisine à me prendre un verre d'eau.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 1:04

Music for Worries

Xun & Zhen

Un fantôme. C’est l’effet qu’il me donnait. Je ne sais pas si c’était dû à un manque de sommeil, au poids de la rumeur, ou à mes paroles, mais son corps était là sauf son esprit. C’était assez déstabilisant. Pour quelqu’un qui a mal agi, bien sûr. Il m’en faut pour me faire perdre mes assises. Mais je sentais une sorte de fatigue chez lui, que je pensais physique pour le moment. Ou alors peut-être qu’il était toujours comme ça quand il détestait quelqu’un. Il se contenait. Mais je pouvais sentir qu’il n’était pas enthousiaste à tout ce que je lui disais. Dans tous les cas, j’avais du mal à tenir son regard. Mais j’appréciais qu’il m’écoute, à sa place, j’aurais cruellement manqué de patience…

Ce qu’il me dit me surprit beaucoup. Déjà qu’il me réponde était en soi surprenant, mais j’étais étonné de son analyse de la situation. Relevant les yeux sur lui, j’étais bouche bée, la pupille plus arrondi. Il est en train de me dire…que je lui transmets une sorte de mauvaise énergie ? Que c’est à cause de moi qu’il est prétentieux avec moi ? Il me troublait. Je restai muet à son silence, méditant ses paroles. C’est vrai que je suis stressé ces derniers temps, et encore plus avec cette histoire d’adultère…j’en voulais à Xun d’être là, mais c’est vrai qu’il n’y était pour rien. Il n’avait rien demandé. Ni à naître, ni ma haine. Ses paroles suivantes me firent sentir très mal. Il a flairé que je n’étais pas entièrement sincère…ça ne m’étonnait pas. Là-dessus, je sais que je tenais de ma mère : tous les deux, on a du mal à jouer la comédie. Même en ne disant rien et en ne prenant aucune mimique, on pouvait deviner notre état d’esprit. Mais la fin de sa phrase me fit mal au cœur…pour lui.

- Non, Xun…ne dis pas ça. Fis-je d’une voix douce.

Je ne le quittais plus des yeux. Je sentais une profonde tristesse en lui. Bon sang, qu’avais-je fait ? Blesser…le petit fils prodige de papa…passons. Je retenais qu’il m’avait grillé. Mais je ne compris pas sa dernière phrase. Mes sourcils se froncèrent de suspicion.

- Gagné quoi ?

Il me tourna le dos juste après ça. Où il va ? Pourquoi me laisse-t-il là ? Il a oublié de fermer la porte ? Ah mais je suis bête…il m’invite à entrer. Il devait avoir raison, j’étais vraiment à cran pour ne pas capter des choses aussi simples. Trente secondes plus tard -temps de comprendre-  je franchis le pas de sa porte.

C’était la première fois que j’entrais chez lui. Oui, quand nous n’étions que sunbae/hoobae, nous nous voyions que dans les salles de musiques et les couloirs de l’agence. Ça me faisait bizarre d’entrer soudainement dans son monde…dans ces appartements où j’ai logé avant lui. Pourquoi m’a-t-il fait entrer ? Cette question se tut dans mon esprit, absorbé par les détails de son chez lui. Le premier truc que je remarquai, c’était qu’il était aussi ordonné que moi…ça me rassurait. Pleins de papiers par terre, c’était tout moi…sauf qu’il n’y avait pas que des feuilles blanches par terre, mais chut. Je ne pris pas le temps d’en ramasser pour voir ce que c’est, parce qu’un autre truc me frappa…les photos au mur. Il y en avait partout. Pleins de photos de…lui, bébé, enfant, adolescent...toute son enfance était devant mes yeux...et cette femme…cette femme était plus belle que ma mère…sur le moment, j’eus l’impression de recevoir un coup de couteau dans le cœur. Okay, c’était personnel comme cliché, ça n’appartenait qu’à lui…mais ça me faisait mal. Je ne sais pourquoi, je me mis à me rapprocher d’un pan de mur pour mieux les regarder. Ce cliché, cette photo…diable, il y avait un truc que je n’arrivais pas à me souvenir. Je brisais ce silence en lui demandant brusquement.

- Xun, tu es de quelle ville de Chine ?

Je m’étais retourné vers lui. Cela semblait insignifiant, mais cela avait son importance pour moi. Comme en transcendé, je m’avançais vers lui, lui posant tout un tas de questions sur un ton rapide.

- Où est-ce que tu es né ? Où est-ce que tu as grandis ? Où est-ce que tu as passé les auditions de UNIQ ? Quel âge a ta mère ? D’où elle vient ? Vous parlez quel dialecte ? Dis-moi tout. Raconte-moi toute ton histoire.

Je me retrouvais à moins d’un mètre de lui, le regardant droit dans les yeux. Ce n’était pas agressif, juste…juste je voulais savoir. J’avais besoin de comprendre pourquoi il était là, pourquoi elle, pourquoi nous…j’avais besoin de réponses pour me faire une raison. Xun, donne-moi ce que j’ai besoin ; mes yeux le criaient.

DEV NERD GIRL

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 2:13

Music for Worries

Xun & Zhen

Je n'attendais rien de cette nouvelle entrevue avec Zhen. Vraiment rien. Je n'allais pas faire le type chiant. Même s'il n'était qu'à moitié sincère, il avait au moins demandé mon pardon. Il restait un type suffisamment bien élevé finalement. Peut-être qu'au fond il était encore le Sunbae que j'ai connu. Mais surtout, je n'étais pas vraiment d'humeur pour me prendre la tête. Je ne disais pas que je lui pardonnais non plus. Parce qu'il y avait trop de zones d'ombres le concernant pour que ce soit possible. A vrai dire, il ne connaissait rien de moi et c'était pareil le concernant. Tout ce que l'on savait lui et moi c'était que l'on avait le même père. J'étais retourné finalement dans mon appartement, entendant sa question.
- J'avais envisagé de demander un break dans mes activités à l'agence... avais-je simplement répondu en allant à la cuisine. Au moins il ne m'aurait plus jamais recroisé avant longtemps. Mais maintenant qu'il était face à moi, j'avais envie de lui montrer ce que je savais faire de nouveau, pour qu'il cesse de me rabaisser...  

Dans la cuisine, je prenais le temps de m'hydrater un peu avant de le voir dans mon salon. Je ne disais rien, le laissant tout regarder de mes photos, sans ressentir la moindre gêne vis à vis de ça. Je posais mon verre vide dans l'évier, quand il me demanda où j'étais né en Chine. Je lui aurais bien répondu avant qu'il ne m'assaille de question, se mettant extrêmement près de moi. Je le fis d'abord se reculer un peu histoire de pouvoir retrouver mon espace de sécurité et que ça n'en devienne pas gênant, avant de l'assoir sur une des chaises présentes. Qu'il se calme un peu. C'était vraiment stressant toutes ces questions d'un coup. Et puis tout lui raconter de ma vie... Il ne manquait pas de culot. Je poussais un léger soupir et m'adossa au frigo en face de lui.

- Je suis né à Tianjin. J'y ai passé uniquement mes 9 premières années. J'ai l'impression d'avoir toujours grandi à Séoul et pas là bas. Les auditions je les ai passées à Séoul. Ma mère a 55 ans maintenant et vient de Shanghai. On parle surtout mandarin... Te raconter tout sera trop long... Et puis, je n'ai aucun souvenir précis. De mon père, j'ai même pas de photo avec lui. J'ai rien construit avec lui. Il est parti j'avais à peine 9 ans, et dans ma tête je commençais à peine à le connaître. On était déjà à Séoul à ce moment là. Avec son départ, on a dû tout reprendre de zéro. Et ma mère m'a élevée seule. J'ai appris la guitare et la danse tout seul, n'ayant même pas les moyens de me payer des cours. Ce fut très compliqué pour nous pendant un bon moment. Ma mère ne m'a pas empêchée de faire ce que je voulais, parce qu'à la base j'avais envie de retrouver mes origines, comprendre pourquoi il était parti...

Je laissais plâner un silence. Je détestais remuer le passé. Je ne regardais même pas Zhen. Pourquoi d'ailleurs je lui racontais tout ça ? Il n'était vraiment pas digne de savoir ma vie. Ceci dit, peut-être qu'il cessera de me voir comme un type dangereux pour sa carrière et sa famille. Je me repris un verre d'eau et me disais qu'il devait aussi avoir soif, alors je lui en donnais un aussi, avant de m'assoir sur une autre chaise.

- J'ai voulu devenir célèbre pour retrouver mon père. Juste pour avoir le second repère qu'il me manquait et pour mieux comprendre les choses. Alors j'ai tenté ma chance. On m'a pas pris pour ma voix, je savais déjà pas m'en servir. On m'a pris pour ma belle gueule, et parce que pour quelqu'un ayant appris à danser tout seul, et à jouer de la guitare tout seul, j'avais selon eux le niveau d'un presque pro. en parallèle j'ai suivi des études à l'université en musique, danse et chant. Et l'agence m'a fait débuté alors même que j'avais loupé mon année à cause du chant. Je lâchais un rire ironique bref. Ils s'en foutaient de savoir si c'était bon ou pas bon... Les logiciels corrigent tout... Je me sais déjà mauvais, mais ils ont réussi à me faire détester ça. Et puis même... Qui aimerait ne faire que de l'autotune et du playback ? Mais je devais continuer. Je dois continuer. Parce qu'ils ont parié sur ma belle gueule et que ça leur coûte du fric. J'ai tout de même réussi à leur faire accepter le fait que je compose, trouve mon style, et que j'écrive des textes qui me convienne et que je peux tenir à force de travail sans playback.

Je vidais mon verre pour le poser sur la table devant moi. J'avais les sourcils froncés, et le visage assez fermé. Je lâchais un nouveau soupir.
- Mais maintenant, à quoi bon faire tout ça... Je laissais de nouveau un silence lourd, faisant tourner mon verre sur la table. Et puis je jetais un regard vers lui.

- J'ai bien vu que cette histoire te fou en boule depuis que tu sais les choses. Si on n'avait jamais su, on n'en serait même pas là... Je ne sais même pas ce que tu me reproches dans le fond. Ce père que j'ai pas, tu l'as quasiment tous les jours...Tu le connais, t'as des souvenirs précis avec lui... T'as dû être pris par l'agence parce que t'avais tout sans forcément qu'on ait besoin de te réapprendre les bases... Tu sais d'où tu viens... Précisément... Qu'est-ce que je peux bien avoir que tu n'as pas au juste ?

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 19:18

Music for Worries

Xun & Zhen

Je restais scotché. Il avait envisagé d’arrêter…enfin, de faire une pause dans sa carrière, mais ça revenait au même pour moi. Il venait juste de débuter : comment pouvait-il déjà tout arrêter ?? C’est une belle erreur s’il le fait, parce que c’est très difficile de revenir sur la scène aussi tôt…il n’a pas eu le temps de constituer une fanbase sûre, qui le suivra des années plus tard. Là pour le moment, comme il est tout nouveau et rookie, il n’a que des kikoos , les vrais fans arrivent plus tard quand ils ont eu assez de quoi se faire une idée sur tes talents. C’était une grossière erreur de sa part, mais je restai interdit…tout était de ma faute. Certes, il n’avait rien d’un vrai chanteur, mais j’imagine que c’était son rêve la scène. Et je suis venu tout briser comme un gros con…

Ouais…il n’y a pas à dire, Xun avait été un petit garçon mignon. Père l’aurait aimé comme jamais. Peut-être en avait-il gardé, secrètement, des photos de son fils caché…et de sa deuxième femme...c’était possible, vu le nombre qu’il y a…je me retournais l’esprit tout seul. Trop de questions affluaient dans ma tête. Il fallait que je comprenne certaines choses avant de balancer d’autres conneries à Xun. Sans trop comprendre, je m’étais retrouvé dans sa cuisine, en face de lui, lui contre son frigo. Il me raconta alors toute son histoire.

Première chose à retenir : il est de Tianjin. Je pouvais continuer à lui parler en mandarin, c'était sa langue maternelle. Je n’y ai jamais mis les pieds, ni moi ni ma mère…mais je sais que papa y a travaillé il y a très longtemps. On ne le voyait que le week-end, à Suzhou. J’étais petit. Bon sang, je vois très bien le scénario du mari qui trompe sa femme… Ah, il a quitté la Chine à presque 10 ans. Avec nos trois ans de différence…on est parti à peu près en même temps. Rejoindre sa belle…mais il m’a dit qu’ils les pensaient encore en Chine…m’a-t-il menti ? J’étais étonné de savoir l’âge de sa mère, je ne pus retenir de me murmurer un petit commentaire.

- 55 ans… ?! Elle ne les fait pas…

C’était vrai. Elle avait l’âge à ma mère, mais à côté d’elle, elle faisait 15 ans de plus. Tragique. Je continuais de l’écouter avec une attention accrue. J’oubliais…elle vient de Shanghai. Comme mon père. Ils s’étaient connus là-bas, c’était obligé…et ils s’étaient suivis à Tianjin…tout prenait sens. Sauf le passage en Corée. Bref…je continue de l’écouter. J’aurais tout le temps de me faire des théories. Ah, il se sent plus coréen que chinois ? Xun, enfin…j’aime Jeju, mais il faut être fier de ses deux identités, pas en choisir une. Il me confia ses difficultés de grandir sans père. Je les comprenais…un peu. Je le comprenais surtout pour les difficultés financières. Je sais ce que c’est. Je fus très surpris de la suite : il a appris à tout seul à danser, comme moi ! E il sait…jouer de la guitare ?! De la vraie guitare ?? Mes yeux étaient grand ouverts. Il m’épatait…pour une fois. Je ne pris pas de suite la parole. Il m’intriguait sur ses intentions de retrouver ses origines.

- 谢谢*, à son verre, profitant pour en boire une gorgée.

Derrière mon visage impassible, son sort me fendait le cœur. Depuis qu’il a démarré sa carrière, il a accumulé les malchances. L’autotune, les remarques des producteurs, son année perdue…j’avais vécu une partie de ce qu’il me racontait, me retrouvant assez. Je réalisai qu’il avait été comme moi, très seul…avant Houseki. Et sans les bonnes personnes. Ça me faisait beaucoup peine de le savoir galérer depuis tout ce temps. Loin de moi de le considérer déjà comme un frère, je dis juste que je comprenais sa détresse. Il était découragé…il me l’avouait. C’était compréhensible. Je ne touchais plus à mon verre. Puis il me parla, me demandant ce que je lui reprochais. Vaste question…mais je ne ressentis aucune animosité envers lui. Pas après les débilités qu’il vient de me sortir…voir mon père tous les jours ? Il affabule ! Comme tout le monde, je ne le vois pas plus que les autres idols. Et personnellement, je préférais l’éviter. C’est quoi cette jalousie mal placée ? Il ne sait pas de quoi il parle. Je me devais de rétablir la vérité.

- Tu te trompes. Je ne le vois pas plus que toi. Entre nous, je préfère ne pas le voir. Quand on se voit, ce n’est jamais pour de bonnes raisons. Et on a plus de mauvais souvenirs que de bons.

Surtout des mauvais. Je croise les bras devant moi. Moi non plus je n’aimais pas parler de moi. Ça m’arrangeait d’être le leader au sein d’Houseki rien que pour ça : les séquences émotions étaient demandées aux autres. Parce qu’un leader, c’est fort, ça ne pleure pas. C’est lui qui console les autres, pas être consolé.

- Tu te fais une mauvaise image de moi : je n’ai pas été le fils parfait à ses yeux. Je l’ai déçu de nombreuses fois. Tu as eu la chance d’avoir une mère qui t’as permis de choisir la voie que tu voulais, ne gâche pas tout. Continue ta carrière, tu es juste rookie, tu ne peux pas t’arrêter en ayant à peine débuté. Tu ne pourras plus jamais remonter sur scène si tu fais une pause maintenant. Les producteurs ne vont pas te reprendre. C’est comme si tu abandonnais.

Je soupire légèrement, et je repris une gorgée. Si ce n’est pas moi qui le lui dis, ce ne sera personne. Son manager a l’air beaucoup moins patient que le mien. Je repris avec la même voix calme. Ça me faisait étrange de parler à cœur ouvert avec lui.

- Le talent, ça se travaille, je ne t’apprends rien. Comparé à toi, j’ai eu juste plus de facilités, sur ça on est inégaux. Mais ton problème… Moment d’hésitation, regard bref sur le verre. …non, on en parlera plus tard. Je n’ai rien contre toi, mais je vois que notre père t’apprécie beaucoup…beaucoup plus que moi. La gorge serrée, mon regard se fit plus dur. Il aime ta voix, il aime ton registre de chanson…continue au moins pour lui. Ça ne lui ferait ni chaud ni froid que j’arrête la musique, il n’a jamais aimé ce que je faisais. Il ne m’a soutenu là-dedans, je me suis débrouillé seul pour en arriver là. Alors que toi, toi, il te suit beaucoup. En plus, tu es mignon…

J’avais presque chuchoté ce dernier commentaire, baissant les yeux sur mon verre. Bon, c’était une appréciation plus personnelle…je ne me suis jamais senti beau, seul Si Chul le savait. Alors oui, je lui enviais son faciès en plus d’avoir toute l’attention de mon…notre père, pardon. Je ne voulais pas plus m’étendre là-dessus, ça pouvait paraître superficiel. Pourtant, je ne plaisantais pas là-dessus. Je n’ai jamais eu beaucoup de succès auprès des filles à cause de ça…et les groupies d’Houseki ne m’ont pas aidé à me sentir mieux. Comme par hasard, j’attirais. C’était juste pour ma célébrité et mon argent…pas pour l’attirance. Xun n’aurait jamais de mal à trouver l’amour –le vrai- contrairement à moi. Cela représentait une différence aussi grande que nos mères pour moi. Pour tout le reste, j’étais très amer. Pas énervé, juste triste. C’était horrible d’être remplacé en si peu de temps… Je repris après une minute de silence, sur un ton évasif, regardant sur le côté puis par terre. Je n’y arrivais plus.

- M’enfin, tu as ce que tu as toujours voulu…tu as retrouvé ton père, et tu as eu une carrière en prime. Bravo. Il veut te faire reconnaître, te faire prendre son nom…vous verser une pension…etc…c’est super pour vous…

Ou comment dire des propos joyeux sur une voix triste. J’étais pathétique…mais Xun ne peut pas me comprendre.


*xié xié : Merci.

DEV NERD GIRL




0/2 RPs : Libre comme l'air ~
Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 23:49

Music for Worries

Xun & Zhen

Je lui avais tout raconté. Pas tout non plus, ni dans les détails, mais il avait eu les grandes lignes. Mais raconter juste ça suffisait à me mettre dans un drôle d'état. Je n'aimait vraiment pas parler de tout ça. Comment est-ce que lui dire tout ça pouvait bien résoudre les choses ? C'était bien trop facile. D'autant plus que je ne savais rien de lui non plus. Ceci dit, peut être pouvait-il saisir qu'il n'y avait rien à jalouser à mon sujet ? Et si ce n'était pas de la jalousie qui le poussait à être désagréable, je n'avais aucune explication. Sa réaction au sujet de l'âge de ma mère m'a simplement arraché un simple sourire. C'est vrai. Ma mère paraissait si jeune. Je ne sais pas comment elle faisait pour le rester, tout comme comment elle faisait pour pouvoir toujours garder un sourire incroyable dans les moments difficiles.

Puis ce fut lui qui se mit à parler un peu de lui et de sa relation avec notre père... Notre père... Cette expression sonnait si bizarre dans ma tête. Pour moi, il ne m'avait pas élevé, il ne m'avait pas vu grandir, il n'avait pas donné son avis sur le choix de mon parcours et de ma vie... Ma mère n'a jamais osé protester parce qu'elle avait compris que j'avais envie de vivre de ma passion. Elle n'a jamais su le but premier de cette carrière d'idole. Peut-être pour ça qu'elle n' a jamais dit non. Après l'abandon de mon père, jamais elle n'avait reparlé de lui. Comme s'il n'avait jamais existé.

Je fus particulièrement surpris de savoir que Zhen ne le cotoyait pas plus que moi. Cependant ceci me fit un peu sourire. Il ne le voyait pas plus que moi, mais pouvait dire qu'ils n'étaient pas en bon terme...
- ... Je n'ai pas de souvenirs de lui. Ni des bons. Ni des mauvais. Je ne disais pas ça pour remettre en question ce qu'il disait, ni pour critiquer. Peut-être pour souligner les différences et de façon un peu maladroite aussi. J'écoutais la suite comme il l'avait fait quand j'avais pris la parole. Je sentais quelque part qu'il n'aimait pas parler de lui. Sur ce point au moins on était pareil. Ce qui me toucha fut de savoir qu'il pensait que son père n'était pas fier de lui. Et je l'avoue. Jamais je n'aurais imaginé qu'il n'ait jamais eu de liberté de choix dans sa vie.

Zhen m'encourageait à poursuivre. Entendre ses encouragements après l'avoir entendu me descendre devant les producteurs me faisait beaucoup trop étrange. Cela me touchait, mais en même temps... Etait-il vraiment sincère en disant que je devais continuer? Je le regardais en haussant un sourcil. Quoi mon problème ? Parce que j'avais un problème maintenant ?? il voulait qu'on s'en remette sur la tronche en soulignant les tares de l'autre ??? Je n'avais pas du tout envie qu'il rajoute une belle couche là. Il continuait sur ce terrain et je le mettais direct à la porte. Fort heureusement il n'avait pas continué, changeant de sujet.

Son père.. Non.. mon père... Il fallait vraiment que je m'y habitue... Mon père m'appréciait plus que lui ? Il était alors là le fond du problème ? Continuer pour lui ? Je n'en avais plus envie. Surtout si c'était pour que Zhen et moi on se déchire. C'était triste que Zhen pense que son père n'aimait pas ce qu'il faisait... Et son père était un gros maladroit. Pourquoi faire des éloges de ma personne à Zhen et faire les éloges de Zhen devant moi ? Je poussais un léger soupir, voulant lui dire ce que son père ne lui disait pas. Mais il me pris par surprise en disant que j'étais mignon.

Quoi... C'était aussi ça son problème ? Il était sérieux ??? J'en aurais vraiment ris s'il n'avait pas cet air très sérieux sur le visage. Par contre, qu'il cache bien sa joie dis donc pour ses dernières paroles. Surtout qu'il se fourrait le doigt dans l'oeil. Je lâchais un nouveau soupir. Je fis tourner un moment mon verre entre mes doigts avant de reprendre la parole.
- ... Ton père... décidément je n'arriverais jamais à le voir comme étant commun à Zhen et moi... C'était trop tôt surtout. Il m'a appelé deux fois... la première, pour tout me dire... La deuxième... c'était aujourd'hui avant que tu n'arrives ici. je laissais un petit silence, de façon à ce que Zhen intègre l'info. Je levais les yeux vers lui. Tu te trompes sur la façon dont il te considère. Il est fier de ce que tu fais, de là où tu es. Certes il n'a pas été les plus conciliants avec toi. Mais même si ton style n'est pas son favori... Il m'a dit qu'il était impressionné dès qu'il te voyait danser et rapper sur scène, ou à la télé... Je crois qu'il n'a simplement pas le cran de te le dire en face.

Je me levais de ma chaise pour rincer mon verre et le laisser sur l'évier.
- Je ne pense pas qu'il ait envie de te voir tout laisser tomber non plus. Il n'est pas doué certes, mais... Tu restes son fils. Quel père n'aimerait pas son fils ? Surtout quand c'est un fils qu'il a vu grandir. Je me sentais bizarre. Ce père... C'était aussi le mien. J'avais beaucoup de mal à réalisé. Je sais qu'il voudrait me reconnaître... mais j'ai rien de lui... On n'a rien partagé lui et moi. C'est un peu tard pour recoller les pots cassés. Et puis, ma mère ne voudra jamais de son argent. Elle ne m'aurait jamais laissé non plus faire ce que je fais aujourd'hui si je lui avais dit que je voulais suivre ma passion pour retrouver mon père. Elle m'en aurait empêché, tout comme ta mère t'en as empêché. J'aurais tout fait tout seul quand même. Mais je crois que j'aurais finalement compris pourquoi elle m'aurait dit non... Maintenant que je sais qui c'est... J'ai aucune envie de continuer. Ou si je continue, ce ne sera pas pour lui...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Aoû - 1:32

Music for Worries

Xun & Zhen


Pas de bons ni de mauvais souvenirs ? Pourquoi il m’a sorti ça ? Il comptait faire un concours de celui qui est le plus malheureux ? Je pris sur moi pour passer outre. Je ne sais pas s’il l’avait fait exprès, mais qu’il n’oublie pas de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de dire n’importe quoi qui puisse partir en clash. Les cendres n’étaient pas totalement éteintes pour moi. Dans l’ensemble, il était très attentif. J’étais sincère du début à la fin, comme il l’a été avec moi. Il ne doit pas arrêter ; c’était une question que n’importe qui dans la musique lui donnerait. Je voulais l’aider à ce moment-là, une part de moi n’admettait pas cette triste situation. Non pas que je cherche particulièrement à le protéger…enfin, oubliez. Je l’ai dit, point.

Je le regardais de nouveau. J’ouvris grand les yeux. Deux fois ?! Il l’a appelé deux fois ?! Même pas à moi il me fait cette fleur. Qu’est-ce qu’il avait d’aussi important à lui ? Il avait oublié ses mots dès le premier appel ? C’était étrange de sa part, très étrange. Il l’a appelé aujourd’hui ? Tiens, comme par hasard…il savait que j’allais le voir aujourd’hui. Il savait que j’allais m’excuser comme il me l’avait demandé à la fin de notre entrevue. Putain…je suis sûr qu’il a dû essayer de le conditionner pour qu’il accepte mes excuses. Bravo papa, super papa. Et Xun qui me rappelle d’avoir profité de sa personne…ils m’énervent tous !!

Coup de théâtre. Mon père qui lui dit être fier de moi…c’est la meilleure de l’année…il est sérieux ou il se fout ? Non, non…il était vraiment sérieux…je ne perdis pas de temps pour lui faire part de mon ressenti.

- Père qui est fier de moi ? Ne me fais pas rire ! Il n’a pas pu te dire ça ! Tu ne le connais pas ! …il me voit à la télé ? J’ai levé les yeux au ciel à ça. C’est un gag, il invente, ce n’est pas possible… Arrête…il n’a jamais assisté à l’une de mes performances…je te crois pas. Mon père ne s’est jamais gêné pour me dire les choses en face, que ça me plaise ou pas. Il n’a pas pu te dire ça, non.

La suite en valait la chandelle. Mon père pas doué ? Lui, un grand PDG ? On ne parlait pas de la même personne. Je secouais la tête en levant les yeux au ciel, n’en croyant pas un mot. Ce n’est pas possible. Je ne reconnaissais pas le paternel que j’ai connu en ces termes. Je vidais mon verre d’une traite pour oublier ça. Le reste échauffa mes nerfs, mais d’une autre manière. Quoi…il refusait la proposition de mon père… ? Mais c’est quelque chose qu’il n’aura qu’une fois...mais il est vraiment stupide à se fermer toutes les portes !! La musique, ses racines…qu’est-ce qu’il croit devenir sans job et sans famille ?? Je m’étais levé d’un coup, gardant le silence jusqu’à qu’il finisse ce qu’il avait à dire. Bien. Maintenant écoute-moi bien, dongsaeng.

- Tu n’es pas sérieux ? Tu veux non seulement te retrouver sans revenus et sans un père ? Tu ne crois pas que tu gâches tout ce que tu as enduré jusqu’à maintenant ? Des pères absents, il y en a très peu qui répondent à l’appel. Ton père, même si c’est le mien et qu’il est marié, qui t’as désiré, qui t’as attendu, et qui te réclame, tu vas lui dire « Oh bah non en fait, finalement on n’a rien à se dire »…tu réalises que ça ne se représentera pas deux fois ?! Tu sais qu’on est chinois à la base ? Tu sais, le pays on ne peut pas avoir de frères et sœurs. S’il le fait que maintenant, c’est qu’il n’a pas pu le faire là-bas, alors réfléchis avant de tout abandonner !

Je ne pensais pas parler comme ça à quelqu’un d’autre qu’aux Houseki. Je m’étais très sévère, mais c’était pour son bien. Il avait besoin de quelqu’un pour le secouer. Xun était dans une mauvaise période, et je sais à quel point on peut faire les mauvais choix...je me permis de me rapprocher de lui, gardant la même expression de sévérité.

- Je ne cherche pas à le défendre, je veux juste t’éviter que tu fasses une erreur que tu vas regretter toute ta vie. Tu n’auras que lui comme père, accepte la main qu’il te propose. Ce ne sera que la suite logique des choses. Oui, vous ne vous êtes pas connus plus que ça…et moi, tu crois que je peux me targuais de le connaître plus que toi alors qu’il voyait ta mère dans notre dos ? Il ne devait pas comprendre ce point-là…je me ferai une joie de lui exposer mes théories, mais continuons. Je soupire, le regardant de bas en haut, dépité. La célébrité…tu ne la toucheras qu’une fois. Ne pas savoir chanter n’est pas une fatalité, Xunie. Tu veux que je te fasse une confidence ? Raper, j’ai toujours su, mais chanter, pour de vrai, chanter juste…ça ne fait qu’un mois que j’ai atteint cet objectif.

…no joke. Je baissais un peu les yeux, peu fier. Encore un autre de mes petits secrets. Merci Si Chul. A force de mettre l’étiquette « rappeur », les manageurs ne m’avaient jamais titillé là-dessus. Sauf que pour des collaborations entre artistes, et même pour mon propre rap, je trouvais mes limites. Et chez moi ce n’était pas un problème de voix qui déraille, c’était que je ne savais RIEN FAIRE de ma grosse voix grave. Alors si j’y suis arrivé, il peut le faire…

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Aoû - 2:31

Music for Worries

Xun & Zhen

J'avais simplement haussé les épaules alors qu'il ne me croyait pas quand je lui répétais ce que son père m'avait dit à son sujet. Qu'il fasse ce qu'il veut, moi, je n'étais que le messager de choses que son père aurait vraiment pu lui dire en face au lieu de jouer les pères autoritaires. Je manquais de confiance en moi, mais Zhen avait vraiment l'air de souffrir de ne pas avoir de reconnaissance de la part de son paternel. Que mon père suive ce que je faisais... Au final cela me faisait plaisir. Mais je me trouvais de si piètre niveau que j'aurais préféré qu'il ne soit pas du tout fan... Ca me mettais vraiment mal à l'aise quelque part.

- Mah.. Crois moi ou pas, peu importe. Il me l'a dit c'est tout. Il est juste pas doué pour dire ça au principal concerné. Franchement... Son père était un nul niveau famille et relations qui en dépendait. Il est vraiment pas doué non plus pour dire les choses. Après tout, il risquait quoi à féliciter Zhen ? Quant au fait qu'il souhaitait se rabibocher avec moi et ma mère... Non j'étais bien loin de recevoir la nouvelle avec excitation. Et comme je m'y attendais, Zhen ne comprenait rien du tout. J'ai grandi sans père, je n'ai vécu qu'avec ma mère, et du jour au lendemain ce père absent et fantôme réapparaît et propose non seulement de me reconnaître mais aussi de nous donner de l'argent... Non mais sérieux ! Il s'attend vraiment à quoi ? A ce que je saute de joie ? Et à quel prix a-t-il répondu à l'appel hein ? Désiré... Attendu... Zhen n'avait vraiment rien compris. Son père ne m'a pas attendu, sinon il serait revenu plus tôt. Il m'aurait désiré, il ne nous aurait pas abandonné comme un gros lâche. J'étais vraiment amer quant à son sujet... Zhen lui se sentait juste trahi parce que son père l'a abandonné pour se fourrer avec ma mère et m'avoir moi... Moi je me sentais juste... décalé. Et l'entendre me dire qu'on était chinois, me fit vraiment tiquer... Parce que je ne l'étais pas. Du moins je ne me sentais pas chinois.

- TU es chinois ! j'avais parlé un peu plus fort. Pas pour être méchant, mais vraiment parce que j'étais émotionnellement agité. Je n'étais pas énervé, mais toute cette histoire me mettait vraiment les émotions et les sentiments sens dessus-dessous. Tout se mélangeait. Et c'était vraiment insurmontable. Aussi d'un ton plus calme, je m'étais repris. ... Enfin je veux dire... Je n'ai pas vraiment grandi là bas, j'ai très peu de souvenirs de ce pays, rien que des photos... Je n'ai pas non plus été éduqué à la chinoise, j'ai été totalement imprégné de la culture coréenne, alors... non... je ne me sens pas chinois... j'ai vraiment rien là bas... J'ai tout eu ici. C'est peut-être difficile à comprendre pour toi, mais tu croyais vraiment que j'allais lui dire direct oui, et exploser de joie ? Il m'a attendu tu dis ? S'il avait vraiment eu envie de me revoir, il aurait donné signe de vie plus tôt... S'il m'avait vraiment désiré, et s'il avait vraiment eu envie que tout ça se fasse dans l'ordre, il m'aurait déjà reconnu ou au moins donné la pension avant de nous lâcher... Et puis même. Tu n'imagines même pas comment serait ma mère si j'acceptais ça. Elle n'aime plus ton père ! Comment crois-tu qu'elle le prendra si je ne suis plus Mai Xun mais YUAN Xun ? Oui j'avais déjà pensé à tout ça... J'avais pensé à tout ça et ça me vrillait le cerveau... C'est plus compliqué. Si c'était si facile, je lui aurais déjà donné une réponse. Mais accepter, c'est accepter que moi, la personnification de sa trahison, existe officiellement, et pour moi c'est accepter en plus une nouvelle identité. Je le sais déjà, même si c'est la décision de ton père... Si j'accepte, ta famille va imploser. Voilà. Ce n'était pas le problème que je n'avais rien à lui dire à ce père réapparut un peu tard finalement. Le problème c'est que ça foutait en l'air deux familles dont il avait envie que ça ne soit qu'une seule via Zhen et moi. Et rassures-toi, on n'est pas pauvre non plus. Alors même si je n'ai pas son argent, ma mère et moi pouvons très bien vivre sans.

Je m'adossais au meuble derrière moi. J'osais à peine regarder Zhen finalement. Je sais, quelque part, je fais aussi mon têtu et mon difficile, mais à vrai dire, je réfléchissais vraiment à ce qui pouvait être le mieux. Et être reconnu par ce paternel était-ce vraiment le mieux pour tout le monde ? Oui ça pouvait être positif pour moi. Mais ma mère est ma seule famille à mes yeux. Alors oui, je suis en droit de me demander si ça ne risquait pas d'impliquer une fissure entre elle et moi. Je finis par soupirer une énième fois à la fin de sa nouvelle tirade.
- Que veux-tu que j'y fasse s'il trompait ta mère ? J'ai pas demandé à naître non plus ! C'était vraiment pesant. Ca me pesait. Nos parents étaient des gens adultes ! A leurs âges, ils n'avaient qu'à faire ce qu'il fallait pour éviter le bordel ! Pourquoi c'était à nous de devoir tout sauver après eux ! C'était vraiment lourd ! Et ses paroles sur le chant... Non mais sérieux... Qu'est-ce que ça venait faire là !
- ... Comme si c'était sensé me faire me sentir mieux tiens... Ca fait des années que j'ai pas atteint l'objectif. Alors estime toi heureux de savoir chanter correctement depuis 1 mois. Oui je suis un éternel défaitiste... mais il devait le savoir depuis le temps non ? Et pour être vraiment honnête avec toi, toute cette histoire en plus de la pression à l'agence, c'est trop pour moi là. Tout ce que je veux faire c'est exploser. Tu comprends ? C'est crevant, c'est lourd, c'est pesant, et c'est plus que frustrant !

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Aoû - 20:55

Music for Worries

Xun & Zhen


Non, je ne le crois pas. Ça me paraissait trop invraisemblable. Ne me demandez en quoi. Je ne voulais pas l’admettre. Surtout pas de la bouche d’un autre. Je ne voulais rien entendre sur ça. Aussi, je me concentrai plus sur la réprimande. Il ne fallait pas qu’il perde pied. Je voulais qu’il l’entende ; qu’il m’écoute et qu’il change d’avis. Je sais qu’à moi, on avait beau me dire telle ou telle chose, je n’écoutais personne de manière générale ; et pourtant, même sûr que j’allais percer, j’avais fait des erreurs. Si je m’étais mieux débrouillé, j’aurais été à UNIQ beaucoup plus vite ; si j’avais écouté les bonnes personnes, je n’aurais pas un faux-ami qui m’harcèle du fric toutes les semaines…n’en parlons pas.

Je vois que je l’ai froissé en lui rappelant sa nationalité chinoise. Je ne m’y attendais pas à celle-là. Je ne pensais pas qu’il serait réceptif à ça…je l’écoutais, un peu surpris. Hey, petit gars, tu y es resté pendant presque dix ans…même si tu as une mémoire de poisson rouge, tu ne peux pas nier que tu y as été plus ou moins influencé. Mais je ne compte pas y revenir là-dessus ; je sens que c’est un sujet où on va se disputer, ça ne servirait à rien. Ce n’était pas le cœur de mon propos. On aura le temps d’en reparler. Je lui répondis en toute franchise, la voix calme.

- Eh bien oui…je pensais que tu serais le plus heureux du monde que ton père te le propose peu de temps après t’avoir retrouvé. Cela fait des années que tu es trainee pour ça. C’était bien ce qu’il a dit, n’est-ce-pas ? Devenir célèbre pour retrouver papa ? Je me doute que ça doit te faire bizarre d’avoir un père maintenant, mais laisse-toi quelques jours pour réfléchir son offre. Xun, il a perdu votre contact quand vous êtes partis de Chine ! Comment aurait-il pu le faire ?? Et le faire depuis la Chine est impossible, tu sais pourquoi. Pour ta mère, je ne sais pas ce qu’elle en pense, tu lui ne lui en as pas encore parlé ? J’étais étonné qu’il l’ait gardé pour soi, ce n’était pas rien pour tous les deux. Mère ou pas, elle n’a pas à critiqué tes choix. Ce n’est pas à elle de dicter tes choix. Que tu t’appelles Mai ou Xun, quelle importance ? Les parents s’adaptent à nos choix. Oui, bon, je n’avais rien perdu de ma désinvolture. Il comprendra que c'est dans mon personnage. Oh, que tu sois reconnu officiellement…ça ne changera rien à la situation pour ma mère. Le mal est déjà fait…

J’avais baissé le regard. Si je fuyais mon père, avec ma mère c’était très différent. Elle qui a toujours dis la même chose que mon père sur moi, elle a complètement changé de bord pour se tourner vers moi. Elle m’appelle en pleurs, elle m’envoie régulièrement des SMS…oui, c’était très difficile pour elle. Elle vivait mal la situation, et elle me le faisait savoir. Ah, ils n’avaient pas besoin d’argent ? Super. Ça m’en fera plus pour me débarrasser de l’autre enfoiré. Je soupirais, recroisant les bras devant moi. Bien sûr que je sais qu’il n’a pas demandé à être là, mais qu’il se mette à ma place… Je relevais le regard sur lui quand il aborda sa carrière. Ah, ça ne lui plaît pas mon anecdote ? Je comprends qu’il soit à bout, mais qu’il accepte de se faire aider, bon sang !

- Manque de bol pour toi, on a un titre à enregistrer, et on a que deux mois pour s’y préparer. Ta demande ne se verra pas acceptée avant quelques mois ; le temps d’enregistrer, tourner le clip, faire la promotion…alors ce n’est pas le moment de baisser les bras.

Sur ces mots quelque peu ironique, je quittais la cuisine pour…pour partir, mais ces papiers m’interpellèrent. Je m’accroupis pour en ramasser un et le déplier. Ah oui, il m’a dit qu’il composait. Voyons ça. Il y avait une partie de solfège, une partie de paroles. Je n’y comprenais rien au solfège, mais les paroles étaient plutôt jolies. De mon œil de rappeur, on pouvait faire mieux, mais il y avait de la recherche. En le repliant, je vis l’instrument plus loin. Comment ai-je fait pour passer à côté sans la voir ?? Je suis à côté de la plaque en ce moment. Cela me fit sourire.

- Alors comme ça tu joues de la guitare ? Je me tournai vers lui, tout sourire. T’es le premier que je connaisse qui sait jouer d’un instrument. Tu me joues un air ?

Instrument autre que la voix, bien sûr. J’étais vraiment curieux de savoir ce que donnerait Xun sur un instrument. Ce n’était pas un talent commun dans une agence d’idole. Les talents tournaient autour du chant et de la danse, point. Xun a dû se différencier de tous ceux qui présentent une chorégraphie aux auditions, ça a dû être pour ça que les producteurs l’ont pris. Parce que ça faisait une ligne en plus sur sa biographie en ligne. Le temps qu’il se décide et qu’il prenne l’engin, je m’installai confortablement sur le canapé, croisant une jambe. Qu’il m’épate. Je le sentais déjà plus confiant.

DEV NERD GIRL




0/2 RPs : Libre comme l'air ~
Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 23:47

Music for Worries

Xun & Zhen

Je ne répondis rien à ses paroles. Quelque part il avait raison. Je devrais être heureux d'avoir retrouvé un père. Je devrais répondre un oui affirmatif, tout faire pour le voir en vrai et pas juste avoir droit à des coups de fils. Je n'avais juste pas envie de lui montrer cette facette sensible de ma personne. C'était comme si je préférais qu'il me voit comme un gros nul plutôt que comme un garçon perdu dans son identité. Je ne suis pas Coréen, je suis Chinois. Je n'ai quasiment pas de souvenir de Chine, je n'ai pas d'amis en Chine, ni de famille, j'ai tout en Corée, mais j'ai un sang plus chinois que coréen. Ma mère ne m'a plus quasiment jamais parlé chinois une fois en Corée comme pour qu'elle et moi on s'habitue à la langue. Je n'avais pas de soucis dans l'apprentissage des langues, ayant appris après le Japonais et le Vietnamien, cependant. Et les retrouvailles avec mon père faisaient renaître les reproches que je lui avais fait étant petits mais aussi les incompréhensions. Celles-ci avaient maintenant des réponses, mais pas vraiment celles que j'attendais. Comme si j'aurais préféré qu'il dise qu'il était parti parce qu'il n'aimait plus ma mère et non parce que ce n'était qu'une relation illégitime.

J'avais juste donc besoin de temps. Besoin de temps pour assimiler, dire les choses à ma mère, et pouvoir prendre une décision réfléchie.  Pour lui peut-être qu'un nom ne signifiait rien, mais pour moi cela avait de l'importance. Et à la limite, je préférai largement pouvoir être reconnu oui, mais pouvoir garder le nom de famille de ma mère et pas devenir subitement un Yuan. J'étais tellement pris dans la tourmente que j'avais réagi tout de go à son aveu concernant le chant. Je me contentais d'un soupir comme toute réponse, le laissant me sermonner comme il savait si bien le faire ces temps-ci. Qu'il parte au lieu d'essayer d'être un minimum compréhensif. Ah mais c'est vrai... C'est pas lui qui est illégitime et qui se tape une crise identitaire. C'est pas lui qui a grandi sans père. Il se dit abandonné mais pour avoir de mauvais souvenirs avec quelqu'un il faut avoir vécu pas mal de temps avec. Alors oui j'avais vécu 8 ans avec mon père, mais dans ma tête ça n'a été que 2 ans. Et en 2 ans on a rien construit.

Je me faisais du mal à penser de cette manière. Sa présence me mettait vraiment dans un état pas possible. Il pouvait pas essayer d'être... agréable ? C'était comme s'il m'étouffait... mon appartement était déjà petit, mais j'avais l'impression que Zhen prenait tout l'espace. Je le croyais enfin prêt pour partir quand il me parla de la guitare. Je me tournais vers lui et le vit avec une de mes partitions dans les mains. Comme en ce moment il avait tendance à détruire tout ce que je faisais, je m'avançais et lui pris avant toute chose, la partition des mains, récupéra les autres présentes sur le canapé pour les ranger. Je n'avais pas besoin qu'il détruise ce que je compose après l'avoir entendu ce qu'il pensait de moi... non j'avais pas vraiment pardonné encore... Je le regardais peu après prenant ma guitare, l'air vraiment sur la défensive. La guitare c'est mon trésor.... un mot de travers de sa part et il ne sait pas du tout quelles conséquences terribles cela pourrait avoir... Je pourrais bien pour le coup oui, tout foutre en l'air.

- ... T'en a vraiment jamais vu ? Oui j'étais méfiant. Un rappeur chanteur qui n'a jamais vu d'instrument de sa vie... où allait-on ? Ou alors il se moquait de moi ? Non mais j'avais bien le droit de me poser des questions sur son cas, vu comment il se comportait avec moi... Je m'assis sur un des fauteuils du salon, croisant les jambes, la guitare bien calée sous mon bras droit. Je pris le temps d'accorder un minimum ma guitare. Et au lieu de me prendre la tête, je cherchais un morceau que je connaissais vraiment par coeur, sur lequel j'étais à l'aise, calme, et qui saurait aussi me vider de ma pression. Je commençais alors à jouer un morceau qui ne visait pas du tout à l'impressionner vu qu'il ne connaissait pas l'instrument.  Je cherchais plus à me faire plaisir. Cette chanson malgré tout avait comme un écho avec ce qu'il se passait. Comme si elle allait bien avec cette atmosphère peu agréable qui régnait entre lui et moi depuis quelque jours à cause de ce père infidèle.

Je réfléchissais en même temps, sans que cela ne vienne perturber mon jeu de guitare. Et à la fin du morceau, je me disais que je me devais peut-être d'être honnête et ne plus jouer sur les apparences. Je m'en foutais s'il ferait de même. Au moins je me sentirais moins péteux que lui. Au moins j'aurais été plus honnête que lui.
- ... En soit, ça me fait quelque chose d'avoir retrouvé mon père. pour une fois que je disais "mon" tiens... Ma mère ne m'a jamais encouragé à le faire. Elle a sacrifié beaucoup de chose pour lui... alors je suppose qu'elle lui en a beaucoup voulu. Je sais pas si elle a tourné la page ou pas. En tout cas ça joue avec le fait que je ne lui ai rien dit. Parce qu'elle ne m'a jamais parlé de lui, même au début, elle était plutôt du genre à ne pas vouloir à ce que je le cherche. C'est con, mais tu vois, on a pas une seule photo de lui à la maison. T'as raison, en soit, je suis chinois... Et ça ne devrait pas me poser de problème. Sauf... sauf que ça en a malgré tout. J'ai passé peut être 9 ans là bas, mais je n'ai que 2 voire 3 années de souvenirs. J'ai pas d'amis et avant que j'apprenne que... que t'étais mon frère, j'avais pas de famille là bas. Et ici, pour que je m'habitue plus vite à la langue, ma mère ne m'a plus beaucoup parlé chinois. Je ne suis pas en train de nier mes racines... je me sens juste... un peu perdu dans tout ça. Je posais ma guitare sur mes genoux, la regardant, elle et rien qu'elle. M'ouvrir ainsi une nouvelle fois, ne me mettais pas à l'aise. J'avais l'impression d'exposer toutes mes faiblesses de nouveau, et sans doute de nouveau pour rien, vu comment Zhen ne se mettait pas du tout dans mes baskets. J'aurais pourtant aimé qu'il fasse un effort de compréhension...

- Pour tout de dire, je cherchais mon père pour avoir des réponses. Au fond de moi je pensais que c'était parce qu'il n'aimait plus ma mère qu'il était parti. Ou parce qu'il faisait parti de ces types qui finalement n'avait pas du tout envie d'assumer un gosse. Ca va te paraître stupide, mais s'entendre dire qu'on a du vivre sans lui, pour qu'il puisse sauver sa peau, son mariage et ta famille... J'ai l'impression que je suis une erreur. Jamais il n'aurait fait ça si je n'étais pas né. Il aurait juste rompu avec ma mère et puis ça se serait terminé là. Je marquais une pause, prenant le temps d'observer un peu ma guitare. Non je ne le regardais toujours pas.

- Je ne pense pas non plus à abandonner. Abandonner signifierait lâcher même jusqu'à la guitare. Juste, sois honnête deux minutes avec moi. Ca te fais chier que ce soit avec moi. Parce que j'ai une voix de merde certes, mais parce qu'au fond t'as juste pas envie d'avoir affaire avec moi. T'es venu pour faire des excuses pas parce que tu le voulais ou pensais que ce serait une bonne chose, mais parce qu'on t'a dit que ça serait une bonne chose. Je ne sais pas pourquoi, mais si moi cette histoire provoque une sorte de mini chaos identitaire, chez toi, c'est carrément... Pire. T'aimes pas notre paternel de base. Rien que parce que tu ne crois pas en ce qu'il m'a dit le démontre. Et parce qu'il a eut moi, ça t'énerve davantage. Je jalouse peut-être ton talent. Ceci dit, je jalouse le talent d'à peu près tout le monde à l'agence. Mais, toi, tu me jalouse sur des points que je ne comprends même pas. Je suis mignon t'as dit... Mets toi devant une glace et regarde toi : t'es plus beau que tu ne le penses. Ce n'est pas parce que je suis là et qu'il me regarde, qu'il ne te regarde pas. Ou si c'est le cas, je lui dirai de te regarder davantage.

Je me levais du fauteuil, rangeais la guitare à sa place et puis pris une partition de la pile que je lui tendis directement.
- C'est pas grand chose. Mais ça m'a tellement énervé l'autre jour, que j'ai repris la chanson. Avec cet arrangement, je peux la chanter correctement, j'ai fait des corrections pour que ça soit possible malgré mon piètre niveau et jouable à la guitare. Je me suis dit que si je jouais l'accompagnement je serais plus à l'aise et qu'en plus je pouvais être en mesure de donner un effet particulier au passage de rap. Je l'empêchais de la prendre malgré tout et le regardais d'un air sérieux. Cependant. Pour faire ça. J'ai besoin d'un rappeur qui ne me considère pas comme un rival, ou un ennemi mais comme un vrai partenaire. Quelqu'un d'assez honnête avec moi et patient surtout. Je la lui retendais vraiment cette fois. Prends le temps de la lire. J'attends pas de réponse de suite. Mais si tu acceptes, alors je considèrerais que tu auras fait tes vraies excuses. Parce que ça voudrait dire qu'il me fait confiance pour de bon. Et qu'on se donnait réellement une seconde chance. Avec un partenaire je pouvais évoluer et faire des efforts. Avec un rival, j'allais faire forcément la guerre. Alors s'il décidait qu'on ferait la chanson là dessus, j'aurais gagné son honnêteté envers moi.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 2:24

Music for Worries

Xun & Zhen


Je ne pensais pas le réprimander en entrant chez lui. Même pas à mes autres hoobae je leur faisais ça. Enfin, il faisait ce qu’il voulait…il ne pourra pas dire qu’on ne l’aura pas prévenu. Moi je lui ai dit les choses en face, et je ne pense pas que son manager les lui dira plus gentiment que moi. Non, je n’ai jamais connu de guitariste. Surprenant ? Ben non. J’ai fréquenté des danseurs en tout genre, des dizaines de chanteurs et de rappeurs amateurs, des DJs de toute sorte, et c’est tout. Des musiciens qui utilisent soit leur corps, soit leurs platines, mais jamais d’instruments traditionnels. Autant de personnes qui ont fait ce que je suis. Mais aucun rockeur, aucun amateur de classique, ou autre, dans mon cercle d’amis. Donc oui, Xun, tu es le premier « vrai » musicien que je connaisse tout court. J’ignorai volontairement sa question. Allez Xun, on s’en fout des questions, joue pour moi.

Pendant le morceau, il me sembla avoir déjà entendu cet air quelques part…bref, on s’en fiche. Il n’y a pas à dire, il était vraiment doué à la guitare…c’était bluffant. J’en étais bouche bée. Les notes filaient harmonieusement, comme on l’aurait entendu sur un MP3. En repensant comment je l’ai rabaissé devant les producteurs, j’ai honte. Comment j’ai pu dire ça à un aussi bon guitariste…derrière sa voix, il était bourré de talent ! Sans m’en rendre compte, j’étais beaucoup plus détendu qu’il y a quelques instants. Je comprenais enfin pourquoi on dit que la musique adoucit les mœurs : je trouvais cette expression débile, ayant toujours trouvé que la musique agitait toutes nos émotions pour ne pas nous laisser zen, mais cette guitare avait une sorte de pouvoir magique sur moi. J’avais décroisé mes jambes, captivé. A la fin du morceau, je ne pensais plus à rien –encore sous le charme de la composition. J’essayais de rassembler mes esprits –je tiens à le complimenter sur sa performance- mais il me devança.

Bizarrement, il me reparla de lui. Lui, mon père, ses origines…ah, je le comprenais assez. Pour avoir changé de pays comme lui, ou plus simplement d’avoir fait que déménager. Je sais ce que c’est de s’adapter, de ne pas se faire d’amis, je pouvais comprendre qu’il ne se sente pas pleinement chinois. La Chine est immense et pleine de particularités locales. Dans ce melting pot, je comprends qu’il ne s’y reconnaisse pas. Moi-même, si on me posait la question de si je me sentais plus chinois que coréen, en réfléchissant bien, je me sentais plus chinois…je me sentais Hong Kongais. Même si je maîtrise mieux le mandarin que le cantonnais, mon cœur restait à Hong Kong -ville de ma mère- parce que mes premiers vrais amis restent là-bas. Essayez de l’expliquer à coréen lambda…mais ça me faisait plaisir qu’il admette que j’avais raison. Quant à sa situation de fils illégitime, j’avais toujours du mal à me mettre à sa place –ça remuait en moi trop de choses douloureuses- mais je saisissais ce qu’il me disait. Je le comprenais sur le fait de passer de fils unique à frère, c’était difficile pour lui comme pour moi. Je continuais à l’écouter ainsi, analysant ses paroles, le regard fixé sur lui sans animosité, m’étonnant de garder un grand calme autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il arrivait à me confier toutes ces choses difficiles sans m’énerver une seule seconde. A ma grande surprise, il m’émut quand il se pensa être une erreur…non, Xun…non comment pouvait-il penser ça ? Pour quelqu’un à l’esprit combattif tel que moi, ça m’est difficilement supportable d’entendre des dépressifs qui regrettent d’être sur terre. S’il y a bien une chose que je ne tolère pas, c’est ça. On a tous une place à tenir, qu’importe nos antécédents.

- Xunie…

J’avais arqué les sourcils. Je voulus le raisonner sur ça, mais je me tus. Je sentais que j’allais faire une erreur. Il avait mal, ça se voyait, et il en avait encore beaucoup sur le cœur. Si je me ramenais avec mes sermons, je le bloquerais. Et j’avais bien fait, puisqu’il se raisonna tout seul quant à sa carrière musicale. Non, ne lâche pas ta guitare, petit frère. Tu es doué pour ça, ne lâche rien.

Par contre, il n’aurait pas dû, LUI, essayer de m’analyser. Je tiquais. Mon regard s’était noirci de colère. Toute trace d’empathie s’envola à ce moment-là. D’où il se permet de me brosser un portrait psychologique ?! Je n’avais pas besoin de lui pour savoir que je le vis mal ! Il m’énerve, il m’énerve…il m’énerve d’être aussi lucide. Wouaah, il a remarqué que je n’aimais notre père, quelle découverte. Bien, et ça va te servir à quoi ? Sombre abruti. Et ton analyse du physique, je m’en serai passé aussi. C’est ça, mens-moi, dis-moi que je suis beau pour toi te faire passer pour un thon juste parce que t’assumes pas ton chant, oui on est tous aveugles comme toi. Pourquoi crois-tu que les sweat et les survêts me vont mieux à moi qu’à toi ? Parce que chez toi, il n’y a rien à cacher, tout est parfait chez toi, du visage au corps. Je sais, c’est stupide de s’énerver pour ça, en plus Xun était bienveillant dans ses paroles…mais je n’ai pas l’habitude qu’on me prête ce genre d’attention.

Je me retins à temps d’exploser. Ça aurait tout gâché. Je me levais juste après lui, fourrant mes mains dans mes poches. Bien. Filons de là avant de dire quelque chose que je regretterai. J’attendais juste qu’il se tourne vers moi pour qu’on se dise au revoir. Mais je fus intrigué par cette feuille qu’il me tendit, ne m’y attendant pas. Je le regardais, voulant en savoir plus. Oh…il  créé ses propres partitions sur la chanson de notre featuring…ce mec sait composer, il ne m’avait pas menti. Sûr que ça ferait un petit effet sur le rap. Encore une fois, il me bluffait.

- Okay…je lirai ça, dis-je simplement.

J’allais la prendre quand il me la reprit. Je le regardais dans les yeux ; je déteste qu’on me fasse ça, j’espère qu’il avait une bonne excuse. Il me dit ses exigences. Un rappeur honnête et patient…sur le premier point, il n’avait pas à s’en faire, mais le second allait être très difficile. Xun, as-tu conscience de ce que tu me demandes ? Faire abstraction de toute cette histoire en plus de ton chant faux alors que beaucoup auraient déjà fait l’impasse sur ce second défaut. Là, je pus la prendre…je me sentais bizarre à présent. Il voulait cette seconde chance au fond, mais il n’osait pas me le dire tel quel. Ça semblait pas grand-chose, mais il me touchait…

- Merci…désolé de t’avoir dérangé. J’essayerai de la lire rapidement.

Ma voix était un peu penaude. Je sentais que je n’avais plus grand-chose à lui dire. Tout était dit. Lui comme moi souffrons de cette situation, lui plus que moi compte tenu de son passé…et nous ne pouvons que nous réconcilier par la musique. Finalement, je m’étais peu épanché sur moi. Ça viendra. Je sais que ça viendra. J’avais besoin autant que lui de me confier et de comprendre ce qui c’était passé durant notre enfance…mais pas maintenant. Aujourd’hui, le comprendre avait été plus important. Parce que c’était moi le problème, c’est moi qui le provoque et qui vais le chercher, c’est moi qui stresse tout le monde autour de nous, alors que lui souffre en silence, perdu dans une espèce de crise identitaire. Je l’avais réalisé chez lui. Pliant soigneusement sa feuille de partitions, je le remerciais pour le verre. Me raccompagnant à  sa porte, je lui souhaitais une bonne soirée avant de repartir dans mon bâtiment, mains dans les poches, pensif…je n’aurais jamais pensé le découvrir comme ce soir.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

B009 – Les excuses – ft Xun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mille excuses !
» Avec mes excuses
» L'Hadopi reçoit des lettres d'excuses en or!
» MILLE EXCUSES POUR MON RETARD
» Plates excuses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIQ Entertainement :: La Ville de Jeju :: Le Quartier Résidenciel :: La résidence des stars :: Second Wing :: Appartements-