AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'enregistrement le plus long – ft Xun - TERMINE -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil - 17:52

Music of Hatred

Xun & Zhen


- Passe en premier.
- Okay, mais je garde un œil sur les paroles.


Moment de malaise dans l’équipe.

- Tu ne les as pas mémorisées pour aujourd’hui…?
- Je les ai écrites qu’hier.
Sur un ton je-m’en-foutiste. Hey, je sais ce que je dois faire.

Silence. Normalement, on ne se présente pas à un enregistrement si on ne connaît pas par cœur les lyrics ; chanter avec sa feuille, c’est un truc de rookie. Mais aujourd’hui, ils n’ont pas intérêt à me prendre la tête ; je n’ai pas d’inspiration en ce moment. Oui c’est tard d’écrire sa composition la veille pour le lendemain, mais c’est comme ça. Tant pis si ça ne leur plaît pas. J’ai suffisamment d’expérience avec les Houseki pour savoir ce que je dois faire. Le micro en face de moi, j’enfilai le casque audio sans être stressé le moins du monde. Quelle plaie cette chanson. Plus d’une semaine pour écrire des paroles, paroles qui ne sont pas les meilleures de ma plume…Mai Xun featuring Zhen from Houseki, mais quel idiot m’a foutu avec Xun ?! Ils sont devenus aveugles à la UNIQ ?! Ils n’ont pas vu que je me suis assis cinq chaises plus loin que lui ? Ils n’ont pas vus qu’on ne s’est même pas adressé une parole ou  un regard ? Ils le font exprès… ?

- Non, on reprend. J’écoute pas l’air. Remets au début.

Super, j’arrive même pas à me concentrer au bout de dix secondes.  Cet enregistrement promet d’être très long… Finalement, j’arrive à rapper sans zieuter la feuille. Heureusement que je l’ai écrite tard dans la soirée, ça m’a permis de mémoriser le minimum syndical. Et là...je perds ma phrase. Non, ce n’est pas un oubli de paroles, j’ai tout simplement perdu le rythme de mon flow…aiiiish, ça c’est mauvais signe. Quand un rappeur fait ça, tu peux être sûr que ça va bloquer tout au long de la chanson.

- On reprend !

Nouvel essai. Nouveau blocage au même endroit. Je tique. Le DJ reprend le son. J’attends cinq secondes de plus avant de me lancer, essayant de bien m’imprimer de l’instrumental et de son ambiance, la main posée sur un écouteur. Nouveau blocage, mais à un autre endroit de la chanson.

- C’est toujours pas bon, on reprend !

Je soupire, et je réessaie. On a dû reprendre une dizaine de fois avant de lâcher l’affaire. Les producteurs commençaient à s’énerver, je l’entendais à travers mon casque. Ils sont déçus. Ils ne comprennent pas pourquoi ce travail bâclé. Que je n’étais pas sérieux sur ce coup. C’était tout à fait objectif, mais dans mon état c’était suffisant pour péter un câble. Dans le micro, je leur dis sans détour que j’arrêtais pour aujourd’hui et que j’en avais marre. En soufflant, je jetais mon cahier de paroles sur la table. Ils n’en revenaient pas. Même si je ne leur jetais pas un regard, je sentais qu’ils étaient choqués de mon comportement. Ce n’était pas mon genre de faire des caprices, mais aujourd’hui ce n’est pas mon jour.

Sans donner de justification, je me rassis à la première chaise que je voyais –putain, c’est celle juste à côté de Xun, quel con- je remis la capuche de mon sweat sur la tête, et j’enfilai mes écouteurs, me mettant une musique pour me détendre, une main dans la poche. Oui, j’en avais rien à foutre de ce qui se passait dans la salle d’enregistrement. Xun pouvait son truc, j’en avais rien à foutre.


Blague. Bien sûr que j’en ai à foutre de Xun. Quand il passa au micro, je me suis fait un malin plaisir à couper la musique, le fixant à travers la glace, les bras croisés. Ce n’est pas tous les jours qu’on entend une casserole qui se prétend chanteur. Qu’est-ce que je peux être mauvais quand je m’y mets…enfin, écoutons les prouesses de notre soprano.

Son tour passa, mais contrairement à moi et parce qu’il n’a pas mon répondant, lui s’est fait allumer par le producteur principal. J’étais complétement d’accord avec lui. Déjà que ce n’est pas un chanteur extraordinaire, mais alors aujourd’hui c’était pire que tout…on aurait pris n’importe qui dans la rue, on aurait mieux fait que lui. Non, je ne suis pas moqué. J’aurais pu.  Mais j’ai un minimum de retenu. Je déteste qu’on critique mon travail, même quand il est mauvais, alors je fais de même aux autres. Je fis mine de ne pas le remarquer quand il revint vers nous. Décidément, cette chanson allait mettre cent ans être enregistrée.

On se retrouva assis l’un à côté de l’autre en face des deux producteurs, comme deux gros nuls. Les mains dans les poches, je m’attendais à une avalanche de reproches. Elle ne se fit pas attendre. Honnêtement, ça me fit rien ni chaud ni froid. Je m’en fichais que cette chanson soit réussie ou non. Ce featuring n’apportera rien à ma carrière. On nous demanda des explications. Des explications de pourquoi ce sale travail ? Je vais leur en donner, moi. Je me redressai, sortant de mon impassibilité.

- En même temps, quelle idée de prendre le plus mauvais chanteur de l’agence.
- Attends…
- Ben oui
, le coupais-je. Tout le monde sait qu’il chante comme un âne, qu’est-ce que vous voulez que ça donne ? Et je suis désolé, mais moi je ne peux pas faire du bon travail avec ça. C’est cool les percussions, mais les casseroles c’est dans la cuisine qu’on les range.

Ils ne s’attendaient pas à des punchlines comme ça. Les producteurs étaient séchés. C’était l’effet escompté. Ils savent que j’ai raison. J’ai dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Il n’y avait aucune honte à avoir. Et surtout pas de scrupules pour Xun. Chanteur de pacotille qui aurait dû rester en Chine, loin de la chanson, loin de UNIQ, loin de moi…

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil - 18:43

Music of Hatred

Xun & Zhen


J'avais mal au ventre. L'estomac serré. Je pouvais presque déjà me sentir nauséeux. Cette chanson et ce featuring me mettait beaucoup trop sous pression. Déjà quelle idée de la part de nos manager... Zhen et moi sur une même chanson... Sérieux... Ils avaient comme projet de foutre en l'air des années d'efforts ? Et sont-ils si aveugles à ce point ? Ca devait se voir depuis tout de même un bon moment que je ne parlais plus à Zhen, l'évitait, et me tenait bien loin de lui pour ne pas l'avoir dans mon champ de vision, non ? Ca devait se lire aussi sur mon visage que j'étais jamais en joie de le voir ! Et ne parlons pas de sa gueule à lui.

J'étais assis là dans la salle d'enregistrement, la jambe droite s'agitant frénétiquement de bas en haut, mes dents malmenant l'ongle de mon pouce gauche. Non j'étais loin d'être à l'aise. Oui j'étais stressé, tendu, le coeur battant dans la poitrine. Parce que vous savez quoi ? J'avais beau avoir retenue toute la chanson, je savais d'avance que ma voix ne pourra jamais sortir correctement dès le premier essai. Je le sentais, tout ça n'allait être qu'une belle catastrophe, et un bon moyen aussi de me couler définitivement. Aussi, alors que les producteurs ne faisaient que répéter "on reprend" et Zhen faisait son rap, les paroles sous les yeux, je sortis un moment histoire de me détendre, me calmer, faire une sorte de bulle et commencer à échauffer un peu ma voix, tenter d'avoir un contrôle dessus, et ce sur l'air de la chanson. J'essayais de faire abstraction de toutes les contrariétés aussi dans le même temps.

J'avais à peine commencer à contrôler les mauvais raccords de ma voix que l'un des producteurs, le visage morne, vint me chercher pour me dire que c'était mon tour. J'entrais sans voir Zhen et alla me mettre face au micro, le casque sur les oreilles. Pas de feuille, pas une seule ligne de parole, tout était dans ma tête. Les yeux fermés j'attendis patiemment, terminais surtout de me détendre et me calmer. Sauf que j'aurais du garder les yeux fermés tout du long, pour ne pas voir Zhen me fixer de l'autre côté. Il me déstabilisa, beaucoup trop. A tel point que j'en perdis mon calme, sentant ma crispation se faire totale, et provoquant des pertes de contrôle de ma voix pire que d'habitude, ce qui n'arrangea pas ma panique et me fit m'arrêter automatiquement, de moi-même, retirant même assez vite le casque de mes oreilles.

Je serrais les mâchoires, entendant le producteur s'énerver de l'autre côté de la vitre. De retour dans la salle de l'autre côté, me retrouvant à côté de Zhen, je ne répondis absolument rien à la demande d'explications des producteurs. C'est de leur faute tout ça. Absolument de leur faute. Ils savaient tous que j'avais été rookie trop tôt, lancé sur le devant de la scène sans même être totalement préparé pour ça. Que depuis je m'efforçait de toujours tout faire tout seul, histoire de ne pas aggraver mon cas, en faisant surtout des chansons dans un style de musique qui convient bien à mon style de voix. Mais là, c'était quoi ce style sérieux ? Pourquoi une telle envolée d'aigus ? Franchement, s'ils veulent me voir mourir, ils n'ont qu'à juste décider de foutre un terme à ma carrière et on n'en parle plus ! Ca serait moins difficile à supporter et à digérer !

Enfin l'avis des producteurs ne me blessait pas tant que ça en soit... Disons que j'avais l'habitude de l'entendre. Ce qui me mit vraiment hors de moi, prêt à exploser c'était les mots prononcés par Zhen. Je le laissais s'exciter, tout seul. Et une fois son speech achevé, le silence plana, bien lourd. Ma rancoeur était très forte. Les producteurs me fixaient retenant leur souffle. Et soudainement, je me redressai, prenant la feuille de Zhen.
- C'est sûr après tout, tu es forcément meilleur que moi, et tiens, je me demande même si on ne ferait pas mieux d'inverser les rôles. Pourquoi ne chanterais-tu pas ma partie, et moi je fais ton rap ? Vu ma voix de merde, y'a peu de risque qu'elle déraille sur un rap. Ah non, c'est vrai. C'est pas possible.... Ma main plaqua la feuille noircie de ses paroles sur son torse, le poussant par la même occasion T'as pas retenu la moindre ligne de la chanson.

Je lui jetais un regard haineux. Dire qu'il avait été mon Sunbae... Dire qu'il avait été l'un des rares à connaître toute l'étendue de mon travail quotidien, méticuleux, long et laborieux pour contrôler cette voix capricieuse, l'un des rares même à m'encourager... Cela me rendait vraiment fou. Il s'était vraiment bien foutu de ma gueule enfin de compte....
- Vas-y vante toi de ton talent, j'men fous, parce que tout ce que je vois c'est un rappeur que tout le monde présente comme le meilleur mais qu'est finalement incapable de tenir un flow et qui a surtout besoin de sa feuille au cas où il aurait un trou de mémoire vu qu'il est surtout incapable de retenir son propre rap

J'avais beau avoir toute les tares du monde, il était vraiment hors de question qu'il se positionne au dessus de ma personne. Et s'il se croit si malin, qu'il chante à ma place ! Qu'il fasse la chanson tout seul. Après tout, ça me fera des vacances, et me laissera du temps pour m'entraîner sur des choses qui en valent plus la peine. Je fulminais intérieurement, et les pensées que j'avais à présent me faisait du mal mais j'étais bien trop rageux présentement pour m'en rendre compte.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil - 21:22

Music of Hatred

Xun & Zhen


Xun n’est pas un chanteur ; ça, c’est dit. Je ne cherchais pas particulièrement à le blesser, je voulais juste faire comprendre qu’il n’était pas à ma hauteur et que cette collaboration devait s’arrêter ici et maintenant. Ils ont bien dû voir qu’on fait de la merde lui et moi…sur le moment, je m’étais même demandé si mister Mai avait fait exprès d’être encore plus merdique que d’habitude. Mais non, vu comment il est revenu, il ne l’a pas fait exprès. Risible. Aaah, les fameuses explications. Pour moi, tout était dit. Lui et moi ça ne marche pas, parce qu’il est trop mauvais pour être à ma hauteur. Fin de l’histoire. Mais voilà que l’autre la ramène…je ne m’y étais pas du tout préparé.

Le temps que sa crise de complexe d’infériorité passe, je le fixai droit dans les yeux. Putain, c’était dur de me retenir de ne pas lui en mettre une. Ma colère allait crescendo. Il y a un truc qui me fit dérailler…d’où il se permet de prendre ma feuille et de la plaquer sur moi ?! C’est quoi son problème ?! Je me levai immédiatement de ma chaise, prêt à le frapper, sourcils froncés. Qu’il se taise, illico presto, ou je lui ferai manger ma feuille ;

- Mais pour qui tu te prends ?!

Ah, voilà qu’il avait d’autres trucs à me dire. Son petit regard haineux ne me faisait pas peur. C’est ça, déteste-moi comme je te déteste. T’aurais jamais dû voir le monde, et UNIQ n’aurait jamais dû te prendre. Ce qu’il me dit me hérissa le poil. Bien sûr que je suis un bon rappeur –crétin- seulement qui peut bien rapper devant ton sale minois ? Sa tirade finie, j’enchaînai direct. Il ne va pas s’en tirer comme ça. Me descendre devant des producteurs, c’est impardonnable.

- Ta chanson, je te l’apprends en dix minutes si je veux, alors me fais pas la morale ! Okay j’ai foiré : mais de un, c’est la première fois en cinq ans que je suis ici. Toi, tu ne fais foirer tes titres ! Alors ne me la fais pas ! De deux, je me suis moins ramassé que toi tout à l’heure ! Sa pao niao zhao zhao ziji*.

Je me suis défoulé sur lui, mais je crois que je n’aurais pas dû avoir recours au chinois. C’était même une très mauvaise idée. Mais j’étais lancé, et en moins de deux minutes, il m’a mis le démon.

- Ne me confonds pas avec toi. Oui je peux me vanter de savoir rapper ET chanter juste. Je sais ce que je vaux, et les fans d’Houseki aussi. Alors soigne ta voix au lieu de me faire la morale, gui erzi*.  

Ma voix s’était faite très haineuse et sifflante vers la fin. Les producteurs étaient bouche bée. L’avantage de parler en mandarin, c’est que comme ils ne comprennent, je pourrais dire tout ce que je voulais, il n’y en aurait pas un qui essaierait de s’interposer. L’étranger est fasciné par une langue aux accents magiques. C'était nul ce que je viens de lui dire, mais il y avait tellement de choses qui se passaient dans ma tête. Ça allait plus loin que ses capacités que je trouvais nulles : il me dégoûtait. Lui, ce f...non, je ne peux pas l'appeler comme ça, il ne le mérite pas. Comment puis-je me reconnaître en lui, c'était absurde. Sur ces mots, je me baissais pour prendre ma feuille –laissée au sol- et commençais à la plier en quatre. Mes mains tremblaient légèrement, comme toujours après un gros moment de rage. Comme je l’ai dit, il ne me fait pas peur.

Traduction des insultes chinoises:
 

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil - 0:37

Music of Hatred

Xun & Zhen

J'avais du mal à digérer la pilule. Vraiment du mal. Les producteurs pouvaient être durs, ça leur arrivait, et de mon point de vue, ils étaient en droit de l'être. Après tout, ils avaient lancé un véritable pari en me faisant débuter en tant que Rookie malgré le fait que je ne sois vraiment pas prêt. Zhen n'a pas connu ça. Vu où il en est aujourd'hui pour sûr qu'il ne sera jamais capable de comprendre ce que cela fait d'être sur scène au milieu de chanteurs de talents qui ont eux ont eu le temps d'être formé entièrement. A-t-il jamais connu cette impression de grimper une montagne dont il n'en voit jamais le sommet ?

Je savais très bien que Zhen savait tout ça. Et le pire, c'est qu'il l'utilisait contre moi. Il n'avait aucun droit de me rabaisser ou de se placer ainsi supérieur. Il me trouvait nul ? Soit. Mais avant de critiquer le taff et les compétences des autres, il devrait plutôt regarder ses propres erreurs et se remettre en question. La différence entre lui et moi là, c'est que tout le monde était au courant de ce qu'il disait, mais s'il jouait sur le jeu des points faibles, il allait s'en mordre les doigts. Pour qui je me prenais ? Pour quelqu'un qui remets un type trop orgueilleux à sa place. Ca l'emmerdait ? Tant mieux, c'était le but cherché. Que ça le fasse chier.

J'haussais un sourcil à ses paroles, le laissant m'insulter en chinois si cela lui faisait plaisir.
- Ici on s'en fout que ce soit ta première ou ta cinquième fois en cinq ans. Quand t'arrives, tu gères c'est tout. Foirer mes titres ? Je compose tout, j'écris tout, et je gère tout tout seul. Tant mieux pour toi si tu t'en sors sans en foutre pas une. Me remettre en question ? Honnêtement, je crois que je le fais plus souvent que tu ne le fais.

J'allais exploser sérieusement. Pour qui il se prenait ? S'il tenait tant à me faire virer, il n'avait qu'à essayer de parler à la PDG s'il le voulait. Mais je crois qu'il finira par se prendre un mur, tant notre directrice d'agence était la personne la plus compréhensive. Du moins elle l'était bien plus qu'il ne l'était. Je n'arrivais pas à croire qu'il pouvait en venir à être ainsi, juste pour cette sale histoire de paternel. J'y étais pour rien, et entre nous, vu qu'il me connaissait, son comportement était vraiment nul ! Pire que nul, pathétique ! Il avait droit à son paternel tous les jours, lui ! Il pouvait même mettre un visage sur le mot père ! Et me battre pour vivre avec ma mère, pour retrouver un niveau stable et aisé, je l'ai fait toute ma vie.  
Le mettre dans le même panier ? Lui et moi on n'était pas du même monde, alors pourquoi je le ferai ? Il avait perdu des neurones en cours de route ou quoi ?

Par contre, les dernières paroles et la dernière insulte, furent celles qu'il n'aurait jamais du dire de sa vie.
- Kisama*...
J'en pouvais plus. Fallait que ça sorte. Et le coup parti tout seul. Lui fermer sa sale bouche... Si seulement je pouvais la lui péter... Définitivement. Juste pour pouvoir me réjouir de le voir souffrir comme j'ai souffert pour atteindre le niveau des plus grands.
- Kutabare**.

Le pire des affronts pour un chinois. Lui parler en Japonais. Qu'il aille se faire foutre oui. Et qu'il me lâche la grappe. J'avais pas non plus choisi d'être son frère. Il venait de me décevoir profondément. Qu'est-ce que j'avais pu trouver de si admirable chez lui pour le considérer comme Sunbae ? Tout ce qu'il savait faire, c'était m'insulter. Et pas juste en visant la personne... Il visait carrément l'artiste.  
- Garde ta place d'idole pathétique. T'as aucun droit de me juger. Aucun. Te faire la morale ? Tu l'as cherché. T'aurais fermé ta sale gueule j'aurais rien dit.

J'étais glacial. C'était même pas la peine que je reste là. Il ne pourra jamais comprendre. Il était trop buté. Qu'il fonce droit dans le mur tiens, et qu'il se pète les dents dessus. Quel mérite a-t-il à réussir sans jamais rien glander ? S'il était reconnu pour son talent, au moins mes fans m'encourageaient et me soutenaient pour ce que j'étais en tant que personne me permettant de garder le cap et l'envie de composer. Les producteurs furent désespérés et en poussèrent de profonds soupirs. Ils furent les premiers à se barrer. Et j'avais pas attendu longtemps pour leur emboîter le pas. Si je restais plus longtemps je risquais de lui faire bouffer non seulement la table, mais les murs et le parquet...

C'est bien... il a réussi à me dégoûter totalement... J'avais lutté toute ma vie à me faire une place ici, et voilà des années d'efforts foutu en l'air juste par ce type. J'aurais vraiment préféré ne jamais savoir qu'il était mon frère... Ni même l'être. En plus, d'être un type paumé dans sa vie d'artiste, je ne savais même plus qui j'étais ni quelle était mon identité. J'ai jamais vu mon père, mais je me découvrais un frère... Et qui plus est un frère meilleur que moi, qui a tout. Absolument tout. Et la sensation que ça laissait en moi était purement et simplement détestable.

*Enfoiré
**Va te faire foutre

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Yuan Wang Zhen
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 26/07/2016
Pseudo : Chocolat



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil - 1:56

Music of Hatred

Xun & Zhen


J’espérais réellement le remettre à sa place. Qu’il m’écoute, pas pour ce que je suis, mais au moins d’aîné à cadet. Je sais que j’ai foiré mon passage, chose qui m’est réellement peu de fois arrivé depuis que j’ai trouvé mon flow et mon style. Sous le coup de la colère, je reconnais que j’ai exagéré : ça m’est arrivé plus d’une fois, mais j’avais besoin de garder la face devant lui. C’était vexant de se faire reprendre par un chanteur en carton qui compte sur l’autotune et les playbacks, qui plus est par un cadet. Okay, je connais très bien ses difficultés, mais je sais mieux que lui que pour avancer il devait faire un travail sur lui-même. Et ça, seul un plus âgé peut le voir, je l’ai appris en Corée. D’où il se permettait de critiquer ses aînés ? Il devrait continuer à en prendre de la graine au lieu de pointer mes erreurs ! Parce que je les reconnais et je les assume, même minimes, contrairement à lui. Je peux dire que je fais même mieux que lui : mes difficultés, je les affronte en face pour les détruire. Lui ne fait que se laisser dominer par ses peurs. Je le connais assez. Il faut toujours l’encourager, l’inciter…alors que pour moi, il n’y a eu personne à part ma bonne foi. Et ça, ce n’est pas toujours facile. Même pour quelqu’un de bien dans ses baskets.

Quel petit prétentieux. Je le fixai froidement, me concentrant sur mon papier à rentrer dans ma poche arrière plutôt que sur ses conneries. Il se croit vraiment légitime pour me faire la leçon ? La suite me faisait rêver. Maintenant, il veut me faire croire qu’il compose tout…mais bien sûr. A qui il veut faire croire ça ? Surtout à moi, moi un rappeur qui écrit depuis des années mes propres lignes. Je sais de quoi je parle. Je n’ai pas été dans ses petites affaires pour le vérifier, mais vu le niveau de compo’ des paroles de ses chansons, ça me faisait pouffer de rire une ânerie comme ça. Cette fois, je me gênai plus pour vraiment rigoler à ses paroles.

- Et t’es sérieux en plus ? Tu veux vraiment me faire croire ça ? Le sourire jusqu’aux oreilles, moqueur. Moi je fous rien ? Mais c’est une blague…  Rire. C’est humoriste que tu devrais faire, pas chanteur.

En plus, il se permettait de dénigrer mon travail, eh ben bravo. Belle mentalité. J’ai du mal à croire que ce petit con partage les gênes de mon père…c’est à n’y rien comprendre. Aujourd’hui, il me montre une autre facette de sa personnalité, et il me dégoûte. Jamais je n’aurais pensé que mon hoobae était comme ça. A mes derniers mots, je m’étais mis à pouffer de rire. Valait mieux le prendre au second degré…au risque de l’éclater par terre et de me faire renvoyer.



Je ne pensais pas qu’il ferait ça. Lever la main sur moi. Moi. MOI. Je n’avais pas gémis, ni rien. Ça faisait mal sur le coup, puis ça partait aussi vite que c’est venu. Saloperie…j’avais juré sur le coup, portant la main à mon visage. Putain, j’aurai un bleu à cause de lui. Petit con…mais je n’avais pas oublié que je l’avais poussé. Ça veut dire que ça l’a atteint. Fantastique. Qu’il me frappe et qu’il se fasse viré de l’agence, ce sera parfait. Ça me faisait plaisir de savoir que je l’ai touché, que j’ai blessé dans son ego de pourri gâté. Qu’il ait mal. Comme moi lorsque j’ai appris son existence.

Par contre, il y a une chose qui ne passe et qu’il regrettera : m’insulter. En japonais. Pour un coréen lambda, cela avait un peu moins d’importance, mais pour moi, chinois de souche, c’était plus qu’un affront. Xun venait de me faire une déclaration de guerre. Ok, il veut en arriver là, alors nous irons. Jusqu’à maintenant, je me suis fait discret, tachant juste de l’éviter. Dorénavant, je me charge de lui faire la misère. Tant pis sur ce que pourra dire mon père. Ce père indigne qui fait tant souffrir maman depuis quelques temps…et moi.

A sa petite réplique, je m’étais contenté d’esquisser un sourire mauvais. La douleur s’était dissoute, j’avais remis ma main dans ma poche. Finalement, tout le monde était en train de partir. Le titre serait remis à plus tard. Peut-être. Ce qui vient de se passer va s’ébruiter dans toute l’agence, c’était inévitable. Mais pour le moment, je n’y pensais pas. Ce n’était pas fini pour moi. A pas rapides, je saisis le poignet de cet abruti –le serrant fort- pour le faire s’arrêter et le toiser d’un regard mauvais. Je lui murmurais sur le ton de la menace, ne voulant pas nous faire trop remarquer.

- Ma sale gueule te dit que tu vas le regretter comme jamais.

Je le lâche, le laissant fuir…s’il le voulait. Je m’en fous. Je voulais juste que ce soit à titre d’avertissement. Pas de surprise chez moi. J’oublie facilement, mais je ne pardonne pas. Ce petit con n’y fera pas exception. Je m’en fous qu’il me déteste, je m’en fous que mon père me déteste à la suite : tous me sont nuisibles. Ce n’est quand même un crime de se défendre et de sauver son honneur.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Mai Xun
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 05/01/2016
Pseudo : Patate



Shining Like A Star
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Juil - 2:53

Music of Hatred

Xun & Zhen


Cela faisait un bon bout de temps que je ne m'étais pas senti aussi mal de ma vie. J'avais l'impression d'avoir tout à recommencer de zéro, me concernant. Autant vouloir retrouver mon père m'avait parut comme étant une condition importante pour pouvoir avancer, comprendre, me sentir entier. Autant maintenant, je n'en avais plus aucune envie. Zhen était peut-être mon aîné, et en tant que cadet je n'aurais pas dû le frapper, mais soyons honnête. Il l'a cherché. Il m'a poussé à bout. J'étais bien le premier à savoir que j'étais pas bon chanteur. J'aimais même pas ma voix. Mais ce n'était pas à lui de dire de telles paroles me concernant. Comment en tant que Sunbae pouvait-il traiter ses Hoobaes de cette manière ? Il n'avait aucunement les qualifications pour dire si oui ou non je méritais ma place ici !

Je n'avais rien dit, j'avais même ravalé ma fierté en entendant ses premières paroles. J'étais le premier à savoir que j'étais un cas désespéré. Oui je manquais cruellement de confiance en moi. Et je ne pouvais même pas remettre tout sur le dos de la Uniq, j'ai juste été incapable de m'adapter à ce revirement soudain dans ma carrière, en devenant Rookie si vite. Je ne m'étais jamais senti prêt, et l'agence avait pris un pari sur ma personne. Zhen lui avait suivit un rythme normal, comment pouvait-il seulement comprendre ?!

Et ce n'était pas lui qui avait été non désiré dans l'histoire familiale. Je n'ai pas demandé à naître ni même tout simplement à exister. Je le trouvais particulièrement injuste, et je ne le comprenais vraiment pas. L'entendre dire bâtard avait été la pire chose de la journée. Mon passé a toujours été un sujet sensible. J'en ai toujours voulu à mon père de nous avoir abandonné. Mais maintenant, j'étais quoi pour lui ? Aux yeux de mon père j'étais un être qui n'aurait jamais dû faire son apparition dans le ventre de ma mère, et aux yeux de Zhen j'étais le vilain petit canard. Ma mère a voulu me garder, mais finalement elle n'aurait pas du ? C'est ça ?

Et en plus de tout ça maintenant Zhen avait clairement dit que j'avais pas ma place ici. Autant dire que ça ne m'aidait pas. Pas du tout. J'aurais préféré resté trainee. Et le pire maintenant c'était que j'avais envie de jeter l'éponge. A quoi bon vouloir tenter d'être célèbre pour retrouver un père qu'au fond finalement je n'ai plus envie de voir à présent.

J'avais donc frappé Zhen, Zhen qui ne croyait même pas que je composais la grande majorité de mes chansons, que j'écrivais même. Je l'avais frappé lui qui m'a traité de batard, lui qui faisait entendre que je ferai mieux de me faire jarter de l'agence plutôt que d'y rester. J'avais eu envie de lui faire aussi mal qu'il m'avait fait mal avec les mots. Et a la sortie, il me menaça.
- Fais donc ! J'ai absolument rien à perdre personnellement.

Non vraiment rien. Absolument rien. Il n'arrivera pas à me faire perdre la face c'est tout. Et s'il parvient à se débarrasser de moi, tant mieux pour lui et moi. Je ne le verrais plus, il ne me verra plus, je serais débarrassé de cette foutue pression, de ce foutu manque de repère, et je pourrais repartir de zéro. J'ai dû recommencer ma vie tellement de fois, que le faire de nouveau ne me faisait pas peur.

Retrouvant la salle d'entraînement, le simple fait de voir ma guitare me serra le coeur. Quelle idée débile d'avoir fait de moi un chanteur... Les producteurs étaient vraiment des monstres... Mon véritable talent était gâché juste par ma voix. Et pourtant, j'avais travaillé énormément pour enfin parvenir à chanter des chansons dans mes cordes, s'accompagnant très bien avec le son de ma guitare. J'avais tout arrangé moi même... La seule chose que je pouvais pardonner à Zhen, c'était le fait qu'il n'ait pas cru une seconde que je sois celui qui ait écrit les morceaux de mes mini albums, tout simplement parce qu'il ne m'a jamais vu jouer de mon instrument préféré, ni même vu écrire. Il m'a toujours vu travailler ma voix comme jamais, parce que c'était le plus dur pour moi.

Je finis par prendre mon instrument et à jouer quelques morceaux certains plus difficiles que d'autres, histoire de me détendre, même cela ne s'avéra pas si efficace.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

L'enregistrement le plus long – ft Xun - TERMINE -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Le top 5 des mangas les plus long que vous ayez lu !
» [INFO] Enregistrement photo sur carte sd
» The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)
» DECOUPE DE STICKERS 1M DE LONG DIRECT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIQ Entertainement :: Uniq Entertainement :: Le Premier étage-