AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kimura Nikki Miya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité



Invité
Mer 24 Juin - 12:18

Kimura Nikki Miya

Je m'appelle Kimura Nikki Miya, j'ai 17 ans, et je suis une CELEBRITY. Je suis née à Tokyo au Japon et suis de nationalité nippo-américaine. Actuellement je vis à la résidence UNIQ  

Je suis un(e)idole depuis 1 an. Ma spécialité est le mannequinat.


Actuellement, je suis célibataire, je suis attirée par les hommes et on raconte que je ressemble à Park Su Yeong - Joy (Redvelvet).
A part ça, j'aime tout ce qui brille, scintille, en bref j’aime les strass, les accessoires qui en jette, la mode qui pète le feu et je suis raide dingue des fringues qui ont la classe. Ouais ouais, même les motifs tout chelous je les adore ! Je suis une fan inconsidérée de Nam Shin Hwa. J’adore le changement : je suis du genre à me lasser très vite d’une coupe de cheveux ou d’un style vestimentaire, ou même de la déco de ma chambre. J’adore changer tout ça. Et quand je change, c’est toujours quelque chose d’énorme ! J’aime les nounours ! Et les animaux. J’ai un chien d’ailleurs, Bobby que je l’appelle. Son vrai nom c’est Bob, mais moi je préfère l’appeler Bobby. Il est tellement chouu ♥ J’adore les bonbons, les glaces. Je déteste les trucs bizarres, ça me fait tripper. Les films d’horreur aussi..

♛ Caractère : extravertie - sociable - drôle - attachante - adorable - serviable - à l'écoute || fangirl - excitée et agitée - susceptible - rancunière - souvent petite chieuse - perfectionniste - gourmande

♛ History :
▸ Son père est homosexuel et vit avec le père d'Hayden. Ils forment tout les 4 une famille, mais ce type de famille n'est pas non plus si bien vu que ça...
▸ Sa mère est en cure de désintoxication. Elle a du mal à décrocher de la drogue.

Je suis née au Japon. 9 mois après que ma mère ait eu une relation d’un soir avec mon père. J’ai grandi avec ma mère, dans un appartement pas vraiment bien rangé. Et puis j’eu ma première plus belle surprise à mes 4 ans. J’avais 4 ans quand j’ai vu mon papa pour la première fois. Hayato qu’il s’appelle. Je ne me souviens de peu de chose de mon enfance, mais cette première rencontre, je suis certaine de ne pas l’oublier. J’étais devant la télé à regarder le dernier dessin animé de la journée. Je ne me préoccupais de rien d’autre que de ça, jusqu’à ce que j’eu faim. Je m’étais levée et j’avais suivi les jambes de ma mère pour aller à la cuisine. Mais elle avait fait demi-tour tellement vite que j’en étais tombée. Et c’est là. Son visage. Ses yeux, son regard, ses beaux cheveux bruns. J’avais rencontré comme ça mon papa. J’étais tombée, il m’avait rattrapée. Et il a suffi que ma mère dise simplement que j’étais sa fille pour que je comprenne qui était ce monsieur, là, accroupi devant moi. Je l’aimais déjà je crois. Je lui avais donné un grand sourire. Mais j’avais bien vu que lui en me voyant était plus qu’ému. Il m’avait pris dans ses bras. Et dès ce moment-là, je l’avais accepté comme tel et mon petit cœur voyait un vide présent depuis trop longtemps, remplis à ras bord.  J’avoue que je ne vivais pas dans le luxe à l’époque. Et j’aurai pu attraper n’importe quoi comme merde si mon père ne m’avait sorti de cet appartement. Hum oui, on peut dire qu’il m’a sauvé la vie. C’est mon héros, et je l’ai toujours su ! Non, mais c’est vrai ! A quatre ans, je l’ai vu pour la première fois à la télé, quand un clip de son groupe était passé, le jour où on s’était vu pour la première fois. J’avais les yeux rivés sur l’écran. Et j’entendais seulement la chanson et je ne voyais que la tête de mon papa. Dès que sa tête était en grand sur l’écran ou juste présente deux secondes, je m’écriais : « PAPA ! ». Je passais la totalité des trois minutes à attendre de voir son visage passer à l’écran pour crier « PAPA ! ».

Quelques jours plus tard, des gens étaient arrivés à l’appartement et m’avaient emmené loin de cet endroit crasseux, poussiéreux, et pas du tout rangé. Je n’avais pas vraiment compris, mais quand je me suis retrouvée qu’avec mon papa, mon bonheur avait été plus que grand. Lui, il était emmitouflé dans une écharpe et un bonnet, avec des lunettes de soleil. Ça lui donnait un air… Etrange, mais moi j’étais juste heureuse de pouvoir marcher à côté de lui, juste le temps de cette petite ballade, ma petite main dans la sienne. Tout ça ce sont mes premiers vrais beaux souvenirs d’enfance. Au début, je voyais bien que derrière tous les visages qu’il me donnait, il y avait de l’anxiété, mais je préférais toujours essayer de le faire sourire. Parce que mon père est tout pour moi. C’est un peu avec lui, que ma vie a véritablement commencée aussi. Et je passais aussi mon premier vrai Noël avec lui. J’avais été dans un centre social pendant un temps. Mais j’avais droit aux visites régulières de mon père. Et je les attendais toujours avec impatience. Y’a ma mère aussi qui venait me voir. Elle est si fragile. Je l’aimais aussi. Parce qu’à elle aussi je voulais lui redonner le sourire. Je voulais pouvoir lui rendre la vie facile. Mais je crois que je n’utilisais pas les bonnes façons. J’étais une vraie pile électrique – et ça l’est encore aujourd’hui- alors faut pouvoir me suivre. J’avais aussi déjà des histoires d’amour du haut de mes 4 ans ! Comme aujourd’hui. Mais ça n’a jamais duré. Comme aujourd’hui.

Je me souviendrais toujours de mon premier noël. Maman se forçait encore de me sourire et de partager un petit moment avec moi et d’être toute pleine de joie. Et puis papa arriva. Je lui fis un accueil digne de ce nom, quand je le vis entrer dans la salle à manger. J’avais fini dans ses bras, j’avais fait mumuse avec lui, on faisait les idiots sur le canapé, mais moi j’étais contente de le revoir. Je l’aime mon papa ! Plus que tout ! Ah lala… Mais je crois que le plus fort a été lors du dîner. Je voulais, comme toujours, parler que de moi. Et je me mis à parler de mon amour du moment. Qui n’a pas duré. Non mais fallait me comprendre aussi ! A 4 ans, je ne voulais pas épouser ce garçon, mais mon papa ! Et ça, je l’avais dit tout de go à table au moment du repas de noël. Ça avait fait un tel effet ! Mais faut aussi me comprendre ! Le garçon de l’époque n’était même pas aussi charismatique et beau que mon papa ! Mon plus beau repas de noël, moi je vous le dis ! Mais mon rêve a changé depuis. J’aime toujours énormément mon papa, mais c’est plus lui que je veux épouser. De toute façon, rien ne me séparera de mon père… Et de mon autre papa ! C’est aussi ce soir-là, que j’avais exprimé mon envie d’avoir à la fois papa et maman près de moi. A l’époque je tenais aux deux. Je n’avais pas vraiment compris ce qui arrivait à ma mère. C’est papa qui m’avait quelque peu mise au parfum en employant les mots qu’il faut pour dire une telle chose à une petite fille. Mais plus je grandissais, plus je comprenais surtout qu’elle était malade du fait de son addiction. Et encore plus que mon père. Mais il avait plus de force qu’elle. Quand on avait été que tous les deux dans le parc, le soir de noël, j’avais exprimé ma peine de les voir ainsi déchirés l’un l’autre. Moi je voulais qu’ils s’aiment. Peut-être pas comme avant, mais au moins qu’ils ne restent pas avec ce froid entre eux. Parce que moi je les aimais. J’avais été gâtée par mon père ce soir-là. Et ça ne change pas du tout aujourd’hui. Je suis toujours gâtée. Mais en même temps, moi aussi je le gâte. Je lui donne et lui montre tout mon amour à ma façon.

Il y eu un procès. Pour savoir qui allait me garder. Mais moi ça me déchirait un peu plus le cœur de savoir avec qui j’allais finir sans peut-être avoir la chance de revoir l’autre. Que ce soit l’un ou l’autre c’était pareil. Ou presque. J’avais envie de passer le plus de temps possible avec mon père. Parce qu’après tout, il y avait pas mal d’années qui s’étaient passées sans lui. Et les voir se déchirer pour savoir qui allait m’avoir à vie à la maison… C’était difficile à supporter. Et puis finalement, je finis par exprimer ma propre envie. J’avais envie de vivre avec papa. Juste avec lui. Parce que j’avais tout de même peur de ne plus pouvoir le revoir lui. J’avais certes vécu mes premières années avec ma mère, mais dans le fond… Je n’avais pas vécu grand-chose avec elle. Et j’avais un peu le sentiment que c’était avec mon père que j’allais être le plus heureuse dans ma vie et pas avec ma mère. Et finalement c’était ce qui était convenu à la fin.  Je fis donc tout le reste de mon enfance et de mon adolescence avec mon père. Tout ça je ne l’oublierai jamais. Non. Jamais. Je suis maintenant peut-être plus proche de mon père que de ma mère. Mais je pense que c’est le temps que je n’ai pas eu avec lui qui a fait que je me suis beaucoup plus rapprochée de lui que de ma mère. Pourtant ça ne change pas vraiment le fait que ma mère je l’aime d’une certaine façon. Déjà m’avoir donné la vie alors qu’elle vivait dans un merdier et avait une vie compliquée, c’était digne d’un courage énorme. Elle aurait pu avorter ! Ou même mourir d’overdose et moi avec ! Ou… Enfin, toujours est-il qu’en un sens, elle s’est battue pour me maintenir en vie et pour faire de ma vie, une vie que toute petite fille possède. J’ai plus de la compassion pour elle que de l’amour, mais voilà. Elle non plus je ne risque pas de l’oublier.

Ma deuxième plus belle surprise, fut quand j’avais 10 ou 11 ans. A cette époque, Appayato et moi on était déjà en Corée, tous les deux et nouvellement installé à Jeju. Mais on n’était pas encore tous ensembles, avec Rikiappa. On n’était pas très loin de chez lui cependant, donc on le voyait souvent, et moi ça me rendrait plus qu’heureuse. Je ne sais plus trop comment j’ai rencontré Rikiappa pour la première fois, mais je peux le dire, même s’il était avec mon papa et qu’il était tout à lui, et donc pouvait aussi briser mon rêve de l’épouser, je l’aimais beaucoup. En tant que deuxième papa. Ne pas avoir de mère dans le fond ça ne me posais pas de soucis, du moment que mon papa est heureux. Et puis un jour, j’avais eu en face de moi un papa tout excité, tout agité. Pressé aussi. Il m’avait réveillée tôt, alors que je dormais comme une souche. Il était pire que moi quand je m’y mets. Une vraie pile électrique ! Il m’avait secouée, et pendant que j’essayais en vain de me lever, il fouillait déjà dans mes affaires pour sortir la meilleure tenue. Je comprenais pas du tout pourquoi papa cherchait absolument à me faire toute mignonne toute belle. J’avais beau lui poser la question, il avait un grand sourire sur le visage et me disait toujours « Tu vas voir ! C’est une surprise. » Je déteste les surprises ! Parce que je veux savoir ce que c’est… Et que je n’aime pas attendre pour savoir… Du coup j’avais gonflé les joues et j’essayais de prendre sur moi. On prit la voiture et après une heure de dodo dans celle-ci, je remarquais qu’on était en train d’arriver à l’aéroport. Nyuh ? Il voulait qu’on rentre au Japon ? La surprise était un voyage ? Je commençais vraiment à être piquée au vif par la curiosité. C’était trooop bizarre. Et tout plein de pourquoi comment s’entassaient dans ma tête. Ma petite main dans la sienne, je trottinais à côté de lui en regardant partout autour de moi, pour trouver un indice. Jusqu’à ce que je remarque que Papa s’arrête devant une porte d’arrivée et fasse de grand signe de bras. Ouais. Même pas de main. Parce que c’était tout son bras qui était en mouvement. Du coup, je me demandais à qui il pouvait bien faire coucou comme ça. Et là. Je vis Rikiappa. Il était parti ? Et c’était pour l’accueillir, lui, qu’il m’avait fait lever à l’aube ?? J’avais failli gonfler mes joues. Failli oui. Parce que de derrière le dos de Rikiappa, je vis dépasser et apparaître une tête blonde toute mignonne. Un garçon. Mignon. Trop mignon. Avec des yeux. MAIS DES YEUX. Je ne vous dis pas l’effet que ça me fit. Quand Riki était devant nous, je n’entendais pas ce qu’il racontait à papa. J’avais les yeux fixés sur la bouille blonde. Ce petit garçon ramené par Rikiappa. Et que ce dernier avait présenté comme son fils. Han ! J’avais un frangin ! TROP CHOU ! Oui oui dans ma tête c’était la fête à ce moment précis. Il était tout timide. Il ne disait pas un mot. Et il semblait même effrayé. Comme si le nouveau paysage et les nouvelles têtes lui faisaient peur. Il était mignon. Il avait des cheveux qui me donnaient envie de les caresser tellement ils me paraissaient tout doux. Et puis son regard, ses yeux ! Le voyant nerveux et tendu, je n’avais pas hésité une seule seconde. J’avais pris ses mains et avec un joli sourire sur le visage je lui dis mes premiers mots doux de bienvenue à la maison.

Hayden. Hayden, c’est mon Choupinet. Il le sera toujours. On a le même âge mais à mes yeux, c’est mon petit frère adoré qui commence à devenir grand. Il est trop mignon, je l’aime. Je crois oui. Je crois que je l’aime vraiment. Ouais. Tout comme Appayato et Rikiappa s’aiment en fait. Plus que mon petit frère, je le verrai bien comme mon prince charmant. Mais je n’ose pas lui dire. Je ne dis rien. Je feins ne l’aimer que comme mon choupinet de petit frère. Lui aussi il est particulier. Déjà, je sais qu’il aime les barbies. Mais j’ai envie de vous dire : qui n’est pas un peu trop singulier dans notre famille ? Hein ? En tout cas, le voir arriver dans la maison avec Rikiappa ne me posait pas de problème, j’avais même l’impression de vivre vraiment une vie de famille comme tout le monde. Mon univers et ma vision avait changée. J’étais et je suis encore en train de vivre dans un monde plus que semblable au paradis terrestre, et c’est pour ça, que j’ai envie de garder ça secret. En plus d’Hayden, il y aussi notre petit chien Bobby. Son vrai nom c’est Bob. Et puis on a des hamsters. En fait, on a tout comme tout le monde. Et même si certains diraient qu’il manque une maman, j’ai envie de dire que Rikiappa et Appayato sont à la fois paternel et maternel ! Il faut voir comment ils nous chouchouttent choupinet et moi. Je les aime tous. Ils sont toute ma vie et ils le seront à jamais !

Voilà ! Ma vie de famille et mes souvenirs d’enfance, c’est tout ça ! Mais mon histoire n’est pas finie pour autant ! Déjà il faut que je vous parle de mes aventures amoureuses ! Oui parce que moi j’ai une vie de jolie fille bien remplie ! Avant Hayden, dans mon cœur il y a eu plein de garçons ! Il y a eu les machos, les bêtes, les moches, les BG débiles, les BG briseurs de cœurs… Et je crois que je vais éviter de commencer par mes conquêtes de primaires, sinon on en aurait pour trois jours. Je me rappelle de celui de mes quatre ans. Celui dont je vous ait parlé au début de tout ce pavé. Mais vous avez déjà du oublié, vu tout ce que je vous raconte… Ce garçon était mignon. Mais trop collant. Et puis entre temps j’avais vu mon papa. Alors je l’ai jeté. Il m’avait dit qu’il m’épouserait plus tard, mais moi je l’ai jeté en lui disant que je n’aimais que mon papa et que c’était Appayato que j’allais épouser ! Je n’ai pas compris pourquoi il est parti en pleurant… En plus, pleurer pour un garçon c’est pas viril. Après, j’ai eu tout plein de demande, de déclaration d’amour et tout le tralala, mais aucun ne me convenait. De toute façon, mon idéal d’amour c’était Appayato. Alors je me faisais un pote garçon… Qui au bout de trois semaines me disait « je t’aime » mais je finissais par lui dire « Mais moi, j’aime mon papa. Et lui et moi c’est pour la vie. Alors désolée, mon cœur est pris. » Et c’était tout le temps comme ça. Je ne sais pas combien de pauvre petits cœurs transis j’ai brisé, mais fallait me comprendre. Ensuite Hayden est arrivé. Et là j’eu encore plein de petits copains. Que je jetais au bout de 10 jours. Pour en avoir un nouveau. Et plus je grandissais, plus ça devenait une habitude de parler de mes amours. Mais plus Hayden grandissait, plus JE grandissais, plus je refaisais comme avant… mais en disant cette fois qu’il y avait mon Papa ET mon frère. Et que je leur appartenais et qu’il n’était pas question que je donne mon petit cœur à quelqu’un d’autre. Le pire, c’est que plus ça va, moins papa est présent dans mon cœur et plus Hayden prend de la place.

Et je ne vous dis pas la réputation que ça me donne à l’école du coup ! Bah ! Je supporte. J’ai bien dû supporter les bizutages due à mes origines. Mais mes pauvres camarades s’étaient frottés à une fifille bien dure à cuir et qui en plus parle à peu près bien leur langue ! Déjà pour leur fermer le clapet c’était plus facile ! Beaucoup plus facile ! Alors j’ai eu aussi la réputation d’une fifille rebelle, en plus de celle de « la meuf qui se tape tous les mecs du bahut ». Mais depuis, ça commence à se calmer. Surtout que maintenant, je suis à la UNIQ. D’ailleurs, je crois que ça avait bien fait peur à mon père. En même temps, je le comprends, j’avais pris une voie qu’il avait déjà prise, mais qui l’avait fait assez souffrir. Je comprenais très bien ses inquiétudes. Mais je le rassurais en lui montrant que je rentrais toujours à la maison de bonne humeur et toujours aussi excitée. Comment je suis entrée à la UNIQ ? Hum… Un jour je m’étais prise en photo avec toutes les belles fringues que mes parents m’avaient offertes et j’avais tout mis sur le net. Et un jour, un agent était venu me voir pour me proposer de devenir mannequin à la UNIQ. J’en avais parlé à mon papa. J’étais jeune aussi. J’avais à peine 15 ans ! Alors forcément, je n’allais pas prendre une décision sans avoir son avis. Bah, finalement après avoir bien discuté avec l’agent sur les conditions et tout, j’avais signé. Et maintenant, je pose pour toutes les marques. Et je fais des défilés de mode. Je pense que j’étais destinée à faire ça. Je suis une grande pinup depuis toute petite. Et depuis toute petite j’aime faire des défilés. J’aime surtout les faire devant mes appas et mon frère dans les magasins ou à la maison tout bêtement.

HYUNNIE
▸ ÂGE : 25 ans ▸ COMMENT T'AS CONNU UNIQ ? : c'mon bébé ** ▸ DÉJÀ PARMI NOUS ? : Liam - Andrea - Guoliang - Xun ▸ QUE PENSES-TU DU GRAPH / DU FOFO ? : il est badass nan ? ▸ UN DERNIER MOT ? : 001

Code ©Hyunnie
Revenir en haut Aller en bas
 

Kimura Nikki Miya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nikki Yanofski
» [Gemmell, Nikki] La mariée mise à nu
» Nikki Yanofsky
» [SEINEN] Mirai nikki.
» [NEW] Mirai Nikki adapté en anime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIQ Entertainement :: TIME TO TAKE A BREAK MY FRIEND ! :: This is the end-